Un an après les attentats de Paris et de Saint-Denis, le souvenir du 13 novembre est encore vif et douloureux chez certains Parisiens. Yousra Gouja revient sur cette soirée d’horreur pour le Bondy Blog. Récit.

Être coupée du monde virtuel, un instant. Je sors du cinéma. Je reçois un texto affolé d’une amie : « Tu es où ? Tu fais quoi ? Y’a eu des attentats ! » J’allume la 4G, les informations fusent. La vie monotone du métro, elle, est pour l’instant imperturbable. Les gens sont effarés. Certains ont perdu des proches. Les attentats ne sont pas déjoués mais bien réels. On commémore déjà un événement d’il y a un an. « On n’oublie pas » revient sans cesse. Les temples de la culture sont touchés. Des vies sont prises. On retiendra leur nom et leur visage que l’on connaît tous grâce aux réseaux sociaux.

Et il a fallu retourner en cours… Les moments d’échanges étaient exceptionnels. De nombreux élèves ont dédié leurs dessins, leurs projets, leurs textes et leurs mots aux victimes. Puis, il a fallu que certains publient des livres, que d’autres s’auto-proclament « spécialistes en terrorisme ». Il fallait bien remplir les plateaux télé et radio. C’est dans ces moments que le cynisme prend le dessus sur l’humain : les journalistes recherchent le ou la rescapé(e) prêt(e) à parler.

Heureusement, le Bataclan a rouvert ses portes. La musique de Sting a résonné. On a de nouveau chanté, dansé. Je suis bien contente que la culture reprenne ses droits ! « May these tragedies never happen again » sonne désormais comme un refrain. Longue vie aux amoureux de la culture !

Yousra GOUJA

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021