Un an après les attentats de Paris et de Saint-Denis, le souvenir du 13 novembre est encore vif et douloureux chez certains Parisiens. Yousra Gouja revient sur cette soirée d’horreur pour le Bondy Blog. Récit.

Être coupée du monde virtuel, un instant. Je sors du cinéma. Je reçois un texto affolé d’une amie : « Tu es où ? Tu fais quoi ? Y’a eu des attentats ! » J’allume la 4G, les informations fusent. La vie monotone du métro, elle, est pour l’instant imperturbable. Les gens sont effarés. Certains ont perdu des proches. Les attentats ne sont pas déjoués mais bien réels. On commémore déjà un événement d’il y a un an. « On n’oublie pas » revient sans cesse. Les temples de la culture sont touchés. Des vies sont prises. On retiendra leur nom et leur visage que l’on connaît tous grâce aux réseaux sociaux.

Et il a fallu retourner en cours… Les moments d’échanges étaient exceptionnels. De nombreux élèves ont dédié leurs dessins, leurs projets, leurs textes et leurs mots aux victimes. Puis, il a fallu que certains publient des livres, que d’autres s’auto-proclament « spécialistes en terrorisme ». Il fallait bien remplir les plateaux télé et radio. C’est dans ces moments que le cynisme prend le dessus sur l’humain : les journalistes recherchent le ou la rescapé(e) prêt(e) à parler.

Heureusement, le Bataclan a rouvert ses portes. La musique de Sting a résonné. On a de nouveau chanté, dansé. Je suis bien contente que la culture reprenne ses droits ! « May these tragedies never happen again » sonne désormais comme un refrain. Longue vie aux amoureux de la culture !

Yousra GOUJA

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022