« Auparavant, nous avions beaucoup de clients musulmans, mais désormais il y en a nettement moins ». J’ai passé une petite heure avec Gérard Veclin, le directeur des Pompes funèbres « Société Intermarbre » près de l’église. Très instructif. Pour lui, les affaires sont calmes, presque trop. De plus en plus de familles immigrées s’adressent à des concurrents spécialisés uniquement dans les enterrements musulmans.

Même s’il le dit en termes très polis, on sent une certaine irritation chez Gérard Veclin. « Nous, nous sommes une entreprise laïque, nous nous occupons de tout le monde: les athées, les chrétiens, les juifs, les musulmans… » Chez les concurrents par contre, on ne s’adresse qu’à une seule communauté. « Je n’aime pas trop cela. Moi, je suis profondément républicain. » Des croque-morts qui enterrent selon les confessions, un pas dangereux vers le communautarisme? Il faudra que je pose la question aux sociétés concernées. Ces prochains jours, je passe aux « Pompes funèbres méditerranéennes ». la suite au prochain épisode…

Par Pierre Nebel

Pierre Nebel

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021