« Auparavant, nous avions beaucoup de clients musulmans, mais désormais il y en a nettement moins ». J’ai passé une petite heure avec Gérard Veclin, le directeur des Pompes funèbres « Société Intermarbre » près de l’église. Très instructif. Pour lui, les affaires sont calmes, presque trop. De plus en plus de familles immigrées s’adressent à des concurrents spécialisés uniquement dans les enterrements musulmans.

Même s’il le dit en termes très polis, on sent une certaine irritation chez Gérard Veclin. « Nous, nous sommes une entreprise laïque, nous nous occupons de tout le monde: les athées, les chrétiens, les juifs, les musulmans… » Chez les concurrents par contre, on ne s’adresse qu’à une seule communauté. « Je n’aime pas trop cela. Moi, je suis profondément républicain. » Des croque-morts qui enterrent selon les confessions, un pas dangereux vers le communautarisme? Il faudra que je pose la question aux sociétés concernées. Ces prochains jours, je passe aux « Pompes funèbres méditerranéennes ». la suite au prochain épisode…

Par Pierre Nebel

Pierre Nebel

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021