Je poursuis ma tournée des croque-morts de Bondy. Cette fois c’est Roc-Eclerc au bord du périphérique et à côté de Conforama. Honnêtement, ce n’est pas ce qu’il y a de plus engageant avec le tintamarre des voitures et cette vague impression de supermarché. Je parle avec le patron. Pour lui aussi, « les affaires sont dures, très dures ».

Il y a cinq maisons de pompes funèbres à Bondy, beaucoup pour une ville de 60’000 habitants (si je ne me trompe pas). Trop. Et ceci d’autant plus que depuis 4-5 ans, une maison de pompes funèbres musulmanes a fait a apparition, privant les « laïques » d’une partie du marché. « Et pourtant nous travaillons très bien avec la Mosquée de Paris pour les lavements rituels etc… ».

Je vais toquer à la porte du dernier venu « Obsèques France Méditerranée, Pompes funèbres musulmanes » qui semble avoir déstabilisé le marché. Un mot à la porte: en cas d’absence appeler le xxx. Je sors mon téléphone et je compose le numéro.

– Bonjour je suis un journaliste de Suisse et j’aimerais parler avec vous des défunts musulmans de Bondy qui se font rapatrier au pays. On peut se voir?

– Non, maintenant cela ne va pas être possible. On est occupé.

– Alors demain, ou jeudi?

– Non, on ne peut pas savoir, nous avons toujours beaucoup à faire.

– On peut parler au téléphone alors?

-Non nous sommes sur une urgence. Revenez plus tard et regardez si nous sommes là. Clic.

Bon. Soit ils ne veulent pas me parler, soit les affaires vont tellement bien qu’ils sont vraiment débordés. Enquête à suivre.

Par Pierre Nebel

Pierre Nebel

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021