La défaite de l’équipe de France, hier soir face  la Mannschaft a réglé les problèmes d’organisation du 14 juillet. Sur la place de l’Hôtel de Ville, les supporters venus voir le match sur écran géant, sont repartis comme ils sont venus, un peu comme leur équipe. 

Un quart d’heure avant le début du match, les supporters français sortent rapidement du métro avec le drapeau tricolore pour se diriger sur la place de l’Hôtel de ville, dans le 4ème arrondissement parisien. La place est rapidement remplie, le grand écran est installé et un important dispositif de police a été mis en place. Avant que les supporters accèdent à la place, la police vérifie les sacs de chacun. Certains ont même droit à une fouille au corps.

Dès que l’écran s’allume et montre les premières images de l’équipe de France, les « Allez les bleus » retentissent. Beaucoup de supporters sont venus entre amis. Plusieurs d’entre-eux ont apporté les t-shirts, les perruques et les cornes de brumes. La place se remplit rapidement. Sur la façade de l’Hôtel de ville, deux grandes affiches, mettent à l’honneur l’équipe de France. Les bars et les épiceries des environs sont pris d’assaut.

IMG_20140704_175544
Il règne une ambiance festive sur cette place où tout le monde croit à la victoire des bleus. Il reste quelques minutes avant le début de match, la Marseillaise qui commence. Tous les supporters chantent l’hymne national en brandissant les nombreux drapeaux français. Medhi jeune lycée de 17 ans vit dans le Val-de-Marne (94), c’est un fervent supporter de l’équipe de France. Sur ses joues, le tricolore et discrètement une petite prière qui devrait porter chance aux bleus. Il est venu ici « pour l’ambiance. Ce n’est pas toujours qu’on a l’occasion de tous se réunir, il y a beaucoup de supporters qui sont venus de loin pour voir le match sur la place de l’Hôtel de ville. Et, on espère que les bleus vont marquer car ça serait la joie pour tout le monde. Il y a que la Coupe du monde qui puisse donner des moments pareils.»

A la 13° minute, quand Hummels marque de la tête, les cris s’effacent pour laisser place au silence. Les visages sont tristes, mais ils continuent d’y croire. Mehdi donne ses impressions à la fin de cette 1er mi-temps : « Une première mi-temps très intéressante. Les Allemands ont largement dominé le match. Ils ont eu la possession du ballon à plusieurs reprises, mais les Français leur ont causé pas mal de soucis aux Allemands en accélérant vers l’avant, c’est dommage qu’il y ait eu un problème dans la dernière passe ». Il ajoute en comparant le précédent match l’Algérie –Allemagne : « L’Algérie a exercé une plus grosse pression dès le début du match, il y avait plus de vitesse ce qui posait un problème à l’Allemagne. Alors que les Français ont plus de mal a trouver leur tempo dans ce début de match ». Ses pronostics : « 2-1, en prolongation pour la France ».

IMG_20140704_193012A la 2ème mi-temps, les Allemands dominent toujours. Les supporters continuent d’espérer et d’encourager les bleus. A ce moment là, Anne Hidalgo et ses gardes du corps arrivent sur la place et se frayent un chemin dans la foule. Quelques occasions du côté français, dont celle de Benzema à quelques minutes de la fin, mais la France peine à concrétiser. Les supporters comprennent alors que leur équipe n’a plus aucune chance de se qualifier.

Sur les visages, la déception et la frustration. Mais personne ne semble en vouloir à l’équipe, au contraire de nombreux supporters saluent leur parcours. Mais il règne comme un goût d’inachevé sur la place. « Il y a un manque de l’expérience dans des grands matchs de compétition pour cette jeune équipe de France face à une Mannschaft expérimentée » dit Medhi. « Je serai toujours derrière avec mon pays la France et mon équipe. Je sais qu’un jour l’équipe de France gagnera une coupe de monde et mettra une deuxième étoile sur son maillot » conclut-il.

IMG_20140704_200439Steven et Hugo, deux amis, se disent « déçus et très frustrés. On attendait beaucoup plus de la part des bleus. Les Allemands ont bien joué. Mais on est vraiment déçu ! Sur ce match, on n’a pas marqué et c’est peut-être dû à la chaleur au Brésil, le jeu n’y était pas forcement, la pelouse n’était pas super bien. Mais bon, on n’a pas d’excuses, on a perdu à la régulière. Les bleus se sont bien battus. On sera là dans deux ans pour la coupe d’Europe, en France, et là ils seront prêts ». Steven, un peu calmé, reconnaître que finalement : « L’ensemble des supporters n’en voudront pas aux bleus, car pas grand monde ne s’attendait à ce qu’ils aillent jusqu’en quart de finale ».

Les supporters en fin de match quittent très rapidement la place, les rues se remplissent à nouveau, sans la joie du début. Quelques supporters français sont restés pour reprendre un peu leur esprit. D’autres continuent de brandir le drapeau tricolore. Au même moment, un groupe de filles traversent la place de l’Hôtel de ville, un drapeau allemand à la main et le sourire au lèvres. Les sifflets pleuvent, et c’est un combat de drapeau qui a lieu sur la place, il n’ira pas plus loin. Comme l’équipe de France.

Hana Ferroudj

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022