Le jeune de la cité n’est pas un être matinal. Mehdi a 16 ans, Mimo 18 ans, Kader 16 ans et Kamel 18 ans. Ce sont quatre amis inséparables du quartier autour de la place Neuburger. Tous lycéens, ils sont en vacances ces jours-ci, ce qui leur permet des horaires assez étonnants. Les deux plus âgés, Kamel et Mimo, sont aussi les plus matinaux. Ce matin (jeudi 29), le premier s’est levé à 11h et le second à 13h30. Quant aux deux plus jeunes, Mehdi s’est levé à 14h, lorsque ses deux amis sont venus le tirer du lit. Kader n’a ouvert les yeux qu’à 3 heures de l’après-midi. Il faut dire qu’il était allé se coucher au petit matin, après une nuit passée dans une boîte, porte d’Aubervilliers.

Tous les après-midi, ils se retrouvent, vont faire des jeux à l’ordinateur ou visionner un film chez l’un d’entre eux, puis ils sortent parcourir quelques magasins. Le soir, c’est play station, TV ou chat sur internet. Ainsi passent les journées. « Mais ça, c’est les vacances, avertit Mimo. Quand il y a l’école, nos parents rigolent moins! »

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022