Le jeune de la cité n’est pas un être matinal. Mehdi a 16 ans, Mimo 18 ans, Kader 16 ans et Kamel 18 ans. Ce sont quatre amis inséparables du quartier autour de la place Neuburger. Tous lycéens, ils sont en vacances ces jours-ci, ce qui leur permet des horaires assez étonnants. Les deux plus âgés, Kamel et Mimo, sont aussi les plus matinaux. Ce matin (jeudi 29), le premier s’est levé à 11h et le second à 13h30. Quant aux deux plus jeunes, Mehdi s’est levé à 14h, lorsque ses deux amis sont venus le tirer du lit. Kader n’a ouvert les yeux qu’à 3 heures de l’après-midi. Il faut dire qu’il était allé se coucher au petit matin, après une nuit passée dans une boîte, porte d’Aubervilliers.

Tous les après-midi, ils se retrouvent, vont faire des jeux à l’ordinateur ou visionner un film chez l’un d’entre eux, puis ils sortent parcourir quelques magasins. Le soir, c’est play station, TV ou chat sur internet. Ainsi passent les journées. « Mais ça, c’est les vacances, avertit Mimo. Quand il y a l’école, nos parents rigolent moins! »

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021