Le jeune de la cité n’est pas un être matinal. Mehdi a 16 ans, Mimo 18 ans, Kader 16 ans et Kamel 18 ans. Ce sont quatre amis inséparables du quartier autour de la place Neuburger. Tous lycéens, ils sont en vacances ces jours-ci, ce qui leur permet des horaires assez étonnants. Les deux plus âgés, Kamel et Mimo, sont aussi les plus matinaux. Ce matin (jeudi 29), le premier s’est levé à 11h et le second à 13h30. Quant aux deux plus jeunes, Mehdi s’est levé à 14h, lorsque ses deux amis sont venus le tirer du lit. Kader n’a ouvert les yeux qu’à 3 heures de l’après-midi. Il faut dire qu’il était allé se coucher au petit matin, après une nuit passée dans une boîte, porte d’Aubervilliers.

Tous les après-midi, ils se retrouvent, vont faire des jeux à l’ordinateur ou visionner un film chez l’un d’entre eux, puis ils sortent parcourir quelques magasins. Le soir, c’est play station, TV ou chat sur internet. Ainsi passent les journées. « Mais ça, c’est les vacances, avertit Mimo. Quand il y a l’école, nos parents rigolent moins! »

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021