Dénoncer les propos tenus dans les médias par des personnalités du monde politique ou intellectuel français contre les Noirs, les Arabes, les immigrés, l’islam, ou encore les habitants des banlieues : tel est le but des Y’a Bon Awards, une cérémonie de remise de prix parodique créée par Les Indivisibles. Comme une invitation à une catharsis, cette association a réuni lundi 23 mai au Cabaret Sauvage, pour la troisième année consécutive, tous ceux qui ont préféré rire de ces propos plutôt qu’en pleurer.

Un jury composé de 14 personnalités, dont l’ex-président de l’OM Pape Diouf, le cinéaste Radu Mihaileanu, la chanteuse Princess Erika, l’écrivain Rachid Djaïdani ou encore l’humoriste Didier Porte, ont décerné des trophées en forme de banane dans six catégories dont le point d’orgue fut le Y’a Bon Award « Pour l’ensemble de son œuvre ». Cette sorte de palme d’or des propos discriminatoires et racistes, décernée à une personnalité qui aura particulièrement marqué l’année écoulée, est allée à Eric Zemmour.

La soirée présentée par Raphäl Yem, animateur sur Canal Street, commence par un petit sketch. Lors d’une interview, une fausse militante de l’UMP sort des énormités de racisme et d’intolérance dans un discours d’une apparente banalité sur le sport notamment… Chaque déclaration de l’interviewée se ponctue par le rappel des origines asiatiques de Raphäl, rebaptisé Monsieur Chinois ou encore Monsieur Vermicelle, provoquant les premiers rires dans l’assemblée. Si ce sketch n’est que pure invention, il donne le ton de la soirée et n’est qu’un amuse-gueule de ce qui reste à venir, à savoir le pire. Car la réalité et donc la force des propos sélectionnés pour cette compétition, prononcés par des personnalités connues dans des tribunes publiques que sont les médias, vont dépasser de très loin cette petite fiction.

La première catégorie, « Finalement c’est pas si dur de dire un truc raciste » couronne le nez, Jean-Paul Guerlain, héritier des parfums du même nom et qui avait déclaré lors du Journal télévisé de France 2, à une heure de grande écoute : « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin… », coiffant ainsi sur le poteau les autres nominés, Brice Hortefeux, Jacques Séguéla, John Galliano ou encore Olivier Jay. Chaque remise de prix étant entrecoupée d’une animation, Raphäl, rebondissant sur l’actualité des récentes polémiques dans le football français, tient à présenter le profil de l’équipe de France du futur. Débarque alors sur la Marseillaise une équipe entièrement composée de joueurs d’origine asiatique. Effet de surprise et hilarité générale garantis dans le public.

La seconde catégorie intitulée « Les Envahisseurs » n’a pu départager deux de ses quatre nominés. Le public entièrement acquis à la cause des Y’a Bon Awards et qui réagit souvent en écoutant les sélectionnés en course pour la Banane d’Or par des invectives comme « On est Français ! », accueille avec un tonnerre de « Ouuuuooh » ou de sifflets les propos du gagnant ex-æquo avec Pascal Bruckner, à savoir ceux de Bruno Larebière, rédacteur en chef du journal Minute.

Ce  dernier avait déclaré dans l’émission « Ménard sans interdit » sur I-Télé : « Je me demande s’il n’était pas plus facile de circuler en 1940 sous occupation Allemande que de circuler à la Goutte d’Or un vendredi. » Puis, quand Bruno Larebière sort, en plus de son drapeau bleu-blanc-rouge, un saucisson qu’il exhibe comme les deux symboles de la nouvelle résistance française, le Cabaret sauvage lui fait un triomphe de rires et d’applaudissements ironiques. Le coup du saucisson intronisé nouvelle Croix de Lorraine restera, sans doute, pour de nombreux participants, dans les annales des Y’a Bons toutes catégories confondues…

Quatre autres catégories ont ensuite récompensé Robert Ménard, Eric Zemmour donc, le trio de l’émission de RTL « On refait le monde », Michel Godet, Elisabeth Levy et Ivan Rioufol, puis les deux membres de l’UMP Chantal Brunel et Benjamin Lancar, très remarqué par le public dans la catégorie « Meilleur espoir ». Les animations qui auront particulièrement diverti le public, sont le karaoké en arabe de la chanson « Savoir aimer » de Florent Pagny (clin d’œil à sa déclaration sur le fait que « ça le dérangeait que son fils parle rebeu à la maison »), mais surtout le sketch d’un jeune humoriste de 14 ans originaire du Blanc-Mesnil (93), Stéphane Bak, qui a conquis la foule par ses vannes et sa prestation digne des plus grands professionnels du stand-up.

Après les déclarations et le salut final sur scène de tous les invités et membres du jury, le Cabaret sauvage a du mal à se vider, le public semblant comme revigoré par cet entre-soi politico-humoristique. Chacun y va de son commentaire sur le palmarès. Un multi-nominé reparti bredouille revient sur de nombreuses lèvres. Beaucoup sont en effet déçus que Claude Guéant n’ait pas été récompensé « Pour l’ensemble de son œuvre ».

Cela semble être aussi le cas pour Benoît Hamon, le porte-parole du Parti socialiste, seul politique à avoir fait le déplacement et très sollicité par les médias présents. Pour lui, les déclarations du Ministre de l’intérieur « font mal aux gens et à la République ». A la question « Avez-vous passé une bonne soirée ? », sa réponse est positive. L’humour de la soirée qu’il dit avoir beaucoup apprécié lui aurait évité « la nausée » à l’écoute de cet enchaînement de petites phrases…

Les Indivisibles, (ce groupe de militants qui compte plus de 250 membres actifs et dont le but est de déconstruire, notamment grâce à l’humour et l’ironie, les préjugés ethno-raciaux, et en premier lieu celui qui nie ou dévalorise l’identité des Françaises et des Français non-blancs), semblent avoir réussi leur pari du soir. Apporter une bouffée d’air frais en faisant rire les participants tout en dénonçant clichés, petites phrases, saillies discriminatoires et préjugés qui, pour l’association, sont « des discours malodorants qui ont bien souvent rendu l’espace public et médiatique irrespirable ».

Sandrine Dionys

Les gagnants des Y’a Bon Awards 2011 sont :

« Finalement c’est pas si dur de dire un truc raciste ».  Jean-Paul Guerlain, parfumeur

« Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin…» Propos tenus le 15 octobre 2010 au Journal de 13h sur France 2.

« Les Envahisseurs III »

Bruno Larebière , rédacteur en chef du journal Minute

« Je me demande s’il n’était pas plus facile de circuler en 1940 sous occupation Allemande que de circuler à la Goutte d’Or un vendredi», Propos tenus le 16 juin 2010 sur l’émission Ménard sans interdit sur I-Télé.

Pascal Bruckner, romancier

« Je me disais qu’il y avait là dans les banlieues, une armée de réserve de jeunes gens à la fois extrêmement dynamique, très aguerrie aux sports de combats, soumise à une sorte de violence machiste, et qui auraient pu faire les délices d’un grand parti fasciste antisémite. » Propos tenus le 5 février 2010 sur l’émission Tout et son contraire sur France Info.

« L’Islam ne passera pas par moi »

Robert Ménard, journaliste

« Je n’ai pas envie qu’il y ait autant de mosquées que d’églises dans mon pays […] Je n’ai pas envie qu’il y ait un minaret dans tous les villages de France […] Aujourd’hui, il y a 200000 immigrés qui viennent chaque année en France, 80% arrivent dans le cadre du regroupement familial. 80 ou 90% sont musulmans. Il faut arrêter ça. » Propos tenus le 14 décembre 2010 sur l’émission On refait le monde sur RTL.

« La France aux Français…. Les Vrais »

Michel Godet, Elisabeth Lévy et Ivan Rioufol, journalistes

MG : « C’est comme dans l’éducation, on ne veut pas voir que se sont les 20% qui sont en échec scolaire, qui nous font dégringoler… sont aussi ceux qui sont d’origine immigrée à qui on a mis des mauvaises conditions d’éducation […] en revanche quand ils sont d’origine Asiatique, il n’y a pas de problèmes, parce qu’il y a des parents derrière » /

EL : « Les bourgeois parisiens, ils savent à qui ils achètent leur shit, les gens ils savent par qui ils se font emmerder dans le métro. »

IR : « Il est anormal que l’on poursuive quelqu’un qui est dit la vérité. Ceux qui devraient être devant la barre, ce sont ces associations antiracistes qui fonctionnent sur une malhonnêteté intellectuelle… » Propos tenus le 12 janvier 2011 sur l’émission « On refait le monde » sur RTL.

« Pour l’ensemble de son oeuvre »

Eric Zemmour, journaliste

« Meilleur espoir »

Chantal Brunel, députée UMP de Seine-et-Marne

« Il n’est pas normal qu’on ne rassure pas les Français sur toutes les populations qui viennent de la Méditerranée. Après tout remettons-les dans les bateaux! » Propos tenus le 8 mars 2011

Benjamin Lancar, Président des Jeunes populaires – UMP « [le lien] entre délinquance et manque d’intégration, oui. Mais qui peut le nier ? […] Ça n’a pas de sens de ne pas lier le manque d’intégration à la délinquance […] Ca n’a pas de sens de dire qu’il n’y a pas plus de délinquance parmi les étrangers, c’est un fait. », Propos tenus le 31 août 2010

« Ils ont eu un comportement débile, effectivement je pense qu’il y a eu des tensions ethniques dans cette équipe. Même Emmanuel Petit parlait d’islamisation de cette équipe. Je dis juste seulement que c’est une «équipe de racailles ». Propos tenus le 25 juin 2010.

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021