Arrivé dimanche après-midi à Paris, j’étais la veille à Marseille, à l’hôpital de la Timone, où le fils de ma cousine récupère d’un choc à la tête qui aurait pu être fatal. On raconte des trucs affolants sur ce qui se passe, ou se passerait, dans les couloirs de la Timone, et des choses pires encore sur l’hôpital Nord de la ville: agressions sexuelles dans les chambres, vols, rackets… Paris, hôpital Bichat. Il est 21 heures, les urgences sont pleines. Pierre-André Stauffer est en réanimation après son opération. Sa femme Manine et sa fille Clotilde sont autorisées à lui rendre visite. Mohamed, Radouane et moi attendons dans une pièce au sous-sol. Manine ressort un peu inquiète. Elle trouvait meilleure mine à Pierre-André l’après-midi. On tente de la rassurer en lui disant que c’est normal, que c’est la fatigue. Les médecins ont prévenu Manine que son mari pourra recevoir régulièrement des visites à partir de mardi.

A Bondy, Kamel, Hakim et d’autres habitants de la cité Blanqui prennent des nouvelles de l’opéré. Ils savent que ça aurait pu être grave. Ils iront le voir dès que possible. Manine en est contente. Kamel El Houari me raconte que Pierre-André avait entrepris un article sur lui, sur sa vision de la France et sur son passage à France 2, jeudi dernier, dans l’émission « A vous de juger », animée par Arlette Chabot. Dimanche en fin d’après-midi, des jeunes, rassemblés dans le local du RC Blanqui, l’association qui accueille L’Hebdo, visionnaient sur Internet le passage où Kamel, dans le public, se prend de bec avec Philippe de Villiers, le président du Mouvement pour la France. Kamel parle de racisme en France, Villiers rétorque que la France est le pays le moins raciste du monde. A l’instant où j’écris ces lignes sur un portable, Hakim, assis à côté de moi, cherche du taf sur Internet, secteur « électricité ». Dehors, quelques jeunes râlent parce que le local, « leur » local, est occupé par un journaliste qui « travaille ». « Rien à foutre des journalistes », dit l’un. Une poignée de mains et ça s’arrange.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021