Il est minuit et je surfe sur mon ordinateur portable. Il y a une vague odeur de brûlé dans la chambre. Cela doit venir de mon ordinateur portable. Le pauvre, il travaille trop. L’odeur est de plus en plus forte. Je sors de ma chambre, le couloir de l’étage est complètement enfumé. Panique à bord. Je cours vers toutes les chambres pour essayer de voir s’il y a du feu quelque part. Je toque à quelques-unes, je crie « au feu ». Personne ne bouge. La porte de l’ascenseur s’ouvre. Un homme de la sécurité cherche comme moi d’où vient cette fumée. Il ne trouve rien. Il repart. Je prends mon sac et mon ordinateur sous le bras lorsque je m’aperçois que c’est de la poubelle en métal que vient cette fumée. Un mégot sur une serviette en papier. Mais l’homme de la sécurité a déjà appelé les pompiers. Ils débarquent dans le couloirs, équipés comme dans les films. Ils sont douze! J’en profite pour interviewer le responsable. 6305 interventions par année sur Bondy, dont 10% de sérieuses. Et pourquoi sont-ils venus à douze ici? « Une commission a émis un avis défavorable sur les conditions de sécurité de ce bâtiment ». Me voilà rassurée. Bonne nuit les pompiers!

Sabine Pirolt

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021