A Neuilly, les HLM ne sont pas des « logements sociaux », mais des « logements familiaux ». On est à Neuilly ou on ne l’est pas. Cette ville de 60 000 habitants compte aujourd’hui 954 HLM, ce qui représente 2,7 % du nombre total de ses logements. Elle en avait 391 en 2001. Un bel effort, mais on est loin des 20 % imposés par la loi Solidarité et renouvellement urbain (plus d’infos)…

« Habiter Neuilly, ça se mérite ! », avait répondu le résident aux défenseurs des logements sociaux. Aurais-je dû prendre une tente? Se rassurer avec le plus lamentable des Neuilléens, un certain Guy Bedos : « On peut mourir pour les pauvres. On n’est pas obligé de vivre avec eux. »

Les « amis des amis » qui étudient ou travaillent sur Neuilly préfèrent rentrer chez eux la nuit et n’ont aucun tuyau. Les « amis des amis des amis », pas mieux. L’un me dit simplement qu’il existerait des chambres de bonnes.

Il y a 9 hôtels à Neuilly. Le Marriott, quatre-étoiles. Cinq trois-étoiles. Le patron de l’Hôtel Maillot, l’un des deux deux-étoiles, après dix minutes de discussion et de marchandage, se souvient qu’il possède une petite chambre qu’il me « lâcherait » pour 50 euros la nuit, « prix d’ami ». Mieux que rien.

Aux renseignements de la Mairie – il n’y a pas d’Office du Tourisme à Neuilly – on me dit que la ville n’est « pas très riche en logements » et me conseille de feuilleter les petites annonces du Neuilly Journal Indépendant. Pour un canard, s’étiqueter « indépendant », c’est pas bon signe. Le numéro de janvier vient de sortir. La mairie trône en couverture. Des petits châteaux se vendent entre 998 000 et 2 870 000 euros aux pages 2 et 3. Les mots du maire égaient la page 5, « un vif succès », « de très bons moments », « ont comblé les enfants »… On retrouve le joli costume du maire en page 6, 7, 8, 9, etc…

Et bien figurez-vous qu’il y avait, entre des annonces pour une french manucure, une pose de vernis, une « armoire XVIIIe en chêne massif chevillée » et un « sac croco noir petites écailles, fermoir doré griffé Duc »… une chambre à louer! Au téléphone, une vieille dame énergique me dit qu’il faudra partager avec elle la cuisine et la chambre de bain. Que sa retraite lui est payée en dollars et qu’avec le taux actuel de l’euro, elle a besoin de partager le loyer. Et que si c’était possible de l’aider à monter deux armoires et une lampe halogène Conforama… Deux cents euros pour deux semaines, marché conclu, je suis chez vous dans une heure !

Blaise Hofmann (Neuilly Bondy Blog)

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022