L’équipe de basket de Nanterre n’en finit plus de surprendre, après Barcelone, elle vient de remporter son match contre l’équipe de Kiev et tranquillement s’avance vers les marches du podium de l’Euroligue.

Boom boom. Dans le quartier de la halle Carpentier à Paris, une drôle de pulsation résonne en cette veille de week-end. Boom boom. Des artères environnantes, une marée verte afflue vers le stade. « Allez Nanterre, tes supporters sont là ».  A l’intérieur le match vient de commencer. Le speaker chauffe la salle à chaque interruption : « Est-ce que le JSF Nanterre va remporter l’Euroligue de Basket cette année ? » Un oui franc et sonore lui répond. Mais déjà, les joueurs reprennent, Nanterre à l’offensive.

Le meneur fait un signe que seuls ses coéquipiers déchiffrent. Feinte à gauche, dribble et passe aveugle, l’ailier réceptionne, fixe le panier et shoote. Le temps semble s’arrêter, les spectateurs reprennent leur souffle, on entendrait presque s’écraser au sol les énormes gouttes de sueur qui perlent sur les fronts des joueurs. La balle retombe enfin, et ce sont trois points de plus pour les Français. Les deux complices s’élancent dans les airs et rebondissent l’un sur l’autre avant de se replacer en défense.

Dans les tribunes, on peine à se contenir. Dès que le sifflet retentit, chacun s’imagine arbitre : « Il y avait marché là, monsieur ! » On est venu en famille et les plus petits attendent avec impatience l’arrivée de Dunky, la mascotte du club. Sur le côté du terrain, les pom pom girls patientent en rang d’oignons. Heureusement que l’ambiance est torride ce soir, autrement elles risqueraient de prendre froid. Une spectatrice surprend son compagnon qui s’est laissé distraire. Retour au jeu.

Sur le terrain, les Ukrainiens sont dépassés. Leur entraineur s’égosille, s’agite, mais rien n’y fait. Chaque attaque, chaque combinaison est contrée par les Nanterriens. Sur le banc, les joueurs en sueur se couvrent la tête de leur serviette. Le coach de Nanterre réunit ses troupes. Au milieu des basketteurs il semble presque nain mais donne de la voix. Il n’est pas question de se reposer sur les 20 points d’avance. Le public aussi le sait, ce soir Nanterre écrit son histoire en se révélant légitime en Euroligue. Les 10 dernières minutes sont difficiles, après tout, Kiev a un budget double de celui de la JSF et des joueurs d’une grande technique.

Le public pousse, debout pour le money time. Galvanisée l’équipe tient bon malgré de nombreuses erreurs individuelles. Enfin, le coup de sifflet final. Encore une fois, le petit club de banlieue a tenu tête aux plus grands. La recette reste inchangée. Le collectif aura primé. Spectateurs et joueurs se rendent un dernier hommage avant que les projecteurs ne s’éteignent. Pour Nanterre, l’aventure continue.

Rémi Hattinguais

 

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022