« Une erreur ne devient une faute que lorsqu’on refuse de la corriger » (JFK). 2009 sera l’année du neuf et d’une nouvelle ère. L’année qui prendra le mouvement de la jeunesse grecque en marche et qui le copie-collera dans notre pays. Alors ce jour-là, les Français ne feront plus qu’un. Le gouvernement actuel face à l’ampleur de ce mouvement populaire démissionnera en douceur. La solidarité des citoyens sera invincible pour sauver notre beau pays du carnage social dans lequel la politique actuelle le mène indéniablement : 1789 rencontrera 1968. Avec une arme fatale en plus : Internet.

L’humain prendra alors la place qu’il aurait toujours dû avoir. On n’utilisera plus les hommes, les femmes, les enfants pour gagner de l’argent. On exploitera l’argent pour humaniser notre société et sauver notre planète du désastre écologique à laquelle nous la menons un peu plus chaque jour. Plus personne ne dormira dans la rue. Plus personne ne sera licencié. Plus personne ne sera obligé de mendier pour habiter dans un logement décent ou pour nourrir sa famille. Plus aucun réfugié politique, plus aucun sans papier ne sera obligé de se cacher, ni ne sera expulsé vers une mort certaine dans son pays d’origine.

Nos personnes âgées porteuses de notre histoire seront réintégrées dans la société et raconteront des histoires et légendes à nos enfants dans des veillées municipales. Ainsi, elles ne finiront plus seules dans des mouroirs. Le bonheur de chaque humain sera la richesse la plus convoitée par tous. Tout sera mis en œuvre par tous pour y parvenir.

Oui, tout cela, nous le pourrions, parce que nous sommes plus nombreux, plus forts et détenons la vérité. Voici le rêve que je fais pour l’an 2009. Celui où toutes les avancées scientifiques, médicales, informatiques seront enfin versées au bénéfice de l’humanité. Oui, on peut le faire, car tant qu’il y a de la vie, il reste de l’espoir.

Nadia Méhouri

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021