« Vous vous demandez qui est cet inconnu assis en face de vous qui regarde par la fenêtre. Chaque fois que vous tentez de regarder dans sa direction vous croisez son regard. Gêné vous baissez les yeux. On ne dévisage pas les gens. Il se demande la même chose. Pourtant vous ne le reverrez jamais. C’est l’inconnu du métro », précise-t-elle sur son blog, L’inconnu du métro, dans la rubrique « à propos de l’inconnu du métro ».

Elle, c’est Marie Dinkle (pseudo). Elle est banlieusarde et du haut de ses 25 printemps, son passe-temps favori c’est de déambuler à travers le métro parisien avec son calepin à la main. Lorsqu’elle monte dans une rame, elle balaie le wagon de son regard plein d’attention, puis choisit une personne au hasard, de préférence, quelqu’un qui possède un look assez atypique. Cette personne sera l’inconnu du métro du jour. Elle va tenter de faire connaiss nce avec lui durant quelques stations en lui demandant son nom, ce qu’il fait dans la vie, ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas, s’il a une anecdote sur le métro. Elle conclut par une photo, et le portrait finit sur son blog.

Aujourd’hui, elle a essuyé le refus d’un petit garçon après avoir demandé l’accord de sa tante qui l’accompagnait, sans doute trop absorbé par la lecture de son manga, et est tombé sur Philippe, un story-boarder quinquagénaire, qui a accepté de répondre à ses questions. Durant son périple du jour, elle est tombé sur des contrôleurs de la RATP qui montaient dans sa rame, l’idée d’interroger l’un d’eux lui a traversé l’esprit, mais elle a peur de tomber sur un agent un peu procédurier sur les bords car ce qu’elle fait n’est pas tout à fait légal. En tout cas, la RATP est au courant de ses délits, mais laisse faire, surement réjouie de cette initiative qui souffle un peu de gaieté dans ce milieu souterrain.

En tant que banlieusarde, les transports en commun, c’est un peu sa deuxième maison, et elle a toujours été curieuse de la vie de ces gens qui partagent ce même mode de vie qu’elle. Il y a encore peu de temps, elle n’osait pas aborder des inconnus dans le métro afin d’assouvir sa curiosité, jusqu’au jour où une jeune fille lui demanda à brûle pourpoint ce qu’elle faisait dans la vie et si elle pouvait l’aider à trouver un stage. Surprise par l’audace et la naïveté de la petite, elle se dit que si cette jeune inconnue a eu le courage de l’aborder ainsi, elle pourrait faire de même. Et c’est ainsi qu’est né son blog. Elle publie ainsi des portraits presque quotidiennement, capturant durant un instant éphémère, la vie d’une personne au hasard.

Au début, elle faisait ça pour elle et ses proches, mais Internet et les réseaux sociaux sont passés par là. Quelques semaines après l’ouverture, le buzz autour de son site s’emballe et son blog se propage sur la toile telle une trainée de poudre, dépassant aujourd’hui le demi-million de visites après deux mois d’existence. Elle ne sait pas si l’intérêt qu’on porte à ce qu’elle fait est légitime, elle n’a pas de revendication. Elle ne se considère pas comme une ange du métro qui va apporter un peu de bonheur dans le quotidien des passants d’un jour, mais elle est contente des retours positifs.

En tout cas, les commentaires laissés par les internautes sont pratiquement tous unanimes, louant la simplicité et l’originalité du concept. Et d’ailleurs, elle aimerait remercier tous les lecteurs de son blog, surtout ceux qui y reviennent régulièrement. Bien sur, elle essuie parfois des refus polis des inconnus, mais ça ne l’a décourage pas du tout. Désormais en confiance, elle n’hésite pas à commettre ses méfaits dans les TER, les TGV, passant par le métro marseillais et même le fameux Tube londonien.

En ce moment, Marie est au chômage, en attente des résultats d’un concours pour la fonction publique, mais elle espère que son blog lui ouvre quelques opportunités. Une version anglaise du site est déjà dans les cartons et devrait voir le jour dans les mois qui viennent et on peut sans doute prévoir que la toile anglophone tombera sûrement sous le charme de ce Fabuleux Destin de Marie Dinkle de la toile souterraine. Et des bruits de couloirs indiquent que les rédactions des quotidiens gratuits qu’on trouvent justement dans le métro ont contacté la jeune bloggeuse dans le cadre d’une rubrique régulière. On ne peut que lui souhaiter une bonne continuation et que son aventure ne s’arrête pas en si bon chemin.

Arnaud Huynh

Arnaud Huynh

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021