Sylvie, 20 ans, est une jeune Bondynoise dynamique d’origine chaldéenne. Elle étudie les langues étrangères à l’université et s’étonne de l’ignorance générale à l’égard de sa communauté.
« Quand on me demande mes origines, on ne s’attend pas à ce que je réponde chaldéenne. D’ailleurs, on me prend souvent pour une maghrébine, une juive voire une latino ! » Il est vrai que dans la plupart des cas, elle doit expliquer une partie de son histoire. Quand on lui demande ce qu’elle pense de cette ignorance, Sylvie n’en veut à personne : « le fait est qu’on en parle peu sinon pas du tout dans les manuels d’histoire à l’école. Les gens ne peuvent pas deviner ».

Les Assyro-chaldéens forment une civilisation qui marqua le IIIème millénaire avant notre ère. Ils ont notamment fondé le royaume de Shamshi-Adad Ier qui correspond au premier Empire, au XVIII siècle avant J.C. A cette époque, l’Assyrie recouvre un territoire qui s’étend de la Perse jusqu’à la Méditerranée. Ce n’est qu’en l’an 612 avant J.C. que l’empire s’effondre, face à la victoire des Babyloniens.

A une époque plus contemporaine, 250 000 Assyro-chaldéens furent massacrés par les troupes turques, lors du génocide arménien de 1915. On peut alors aisément parler de « génocide Assyro-chaldéen ». Pourtant, l’Histoire semble oublier cette page tragique. C’est pourquoi aujourd’hui les Chaldéens se battent pour faire reconnaître ce génocide par la communauté internationale. Mais la tâche n’est pas facile. Ils se heurtent à des obstacles, notamment à des difficultés politico-diplomatiques par rapport à l’état Turque qui nie le génocide arménien du début de XXème siècle.

L’Eglise chaldéenne est un rite oriental chrétien lié à Rome depuis le XVIème siècle. Actuellement, son patriarcat est basé à Bagdad. On distingue entre plusieurs communautés religieuses : les Nestoriens, les Syriaques Jacobites, les Chaldéens catholiques, les Orthodoxes et même une minorité protestante. La communauté chaldéenne s’exprime en araméen, langue du Christ. Ainsi ce dialecte constitue un véritable outil à la compréhension des textes de l’Evangile.

Actuellement, on compte environ 18 000 chaldéens en France, principalement répartis en banlieue parisienne, surtout à Sarcelles.

 


Par Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022