Pourquoi ils ne nous donnent pas des bons points sur notre carte de séjour? Ce matin, Mohammed, un autre animateur de jeunesse pousse un coup de gueule bien senti. Cela fait plus de quinze ans qu’il travaille pour la Mairie. Il a la quarantaine, est marié et père de trois enfants. Aujourd’hui, il a le blues. J’ouvre les guillemets et je vous laisse entendre, cher lecteur. « Je suis né ici et j’y ai fait toutes mes écoles. Pourtant je ne veux pas de leur passeport français. Que l’Etat arrête de nous faire tout ce tralala pour les papiers alors que nous sommes nés sur le territoire français. Je suis Français comme tout le monde. Toute ma famille est née dans le neuf trois (département 93). Je suis fier car j’ai toujours travaillé depuis que je suis sorti de l’école. Notre père nous a bien éduqués. Il nous a toujours dit que le travail est important. Même si je suis Algérien, je suis plus intégré que d’autres personnes qui ont le passeport français. Ce serait nous montrer du respect que de nous offrir ce passeport sans que nous le quémandions. Et il ne faut pas qu’ils nous disent de choisir entre les deux pays. J’aime mes deux histoires ».

Sabine Pirolt

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021