Jeudi, aux environs de 15 heures, boulevard Saint-Michel à Paris. Un homme marche à vive allure. Âgé d’une trentaine d’années environ, la barbe hirsute et les vêtements abîmés, l’homme fait penser à un SDF. Il parle seul : « Je t’avais dit de pas te mettre devant moi, je t’avais prévenu. ». Sans doute n’est-il pas seul dans sa tête. Quelques mètres plus loin, une foule commence à s’attrouper. Au milieu de celle-ci, une dame âgée, le dos courbé par les années, gémit. Elle porte à la main un gobelet rempli de quelques pièces de monnaie. Elle aussi est sans-abri. Du sang coule de son visage, enfoui sous un foulard. 

Un témoin raconte : « Un clochard lui a donné un coup de pied violent au visage, il est parti par là. » Une mère de famille affirme que l’agresseur reprochait à la dame de faire la manche sur « son territoire » et de lui faire de la concurrence. Vocabulaire économique et commercial s’invitent dans le monde de la mendicité où, visiblement, il n’y a pas de place pour tous les pauvres.

Un jeune homme prend son téléphone pour appeler la police. La dame agressée ne parle quasiment pas le français. Les personnes qui tentent de la réconforter lui disent de ne pas bouger et de ne pas s’inquiéter. Mais elle commence à prendre de la distance, même si les gens présents essaient de la retenir. Elle veut partir et ne semble pas vouloir attendre « les secours ». Elle est sans-papier…

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021