Boxing-Beat : ce n’est ni un nouveau sport de combat, ni une nouvelle tendance musicale, c’est tout simplement le nom d’un lieu et d’une association situés à Aubervilliers. Et l’événement, mercredi soir, était bien évidemment la venue de Bernard Laporte, le secrétaire d’Etat. Mais pourquoi cette visite dans cette salle de boxe en particulier ? Arrivé sur place avant le ministre, et alors que des jeunes s’entraînent, j’en profite pour faire un petit tour. L’endroit est plus que sympa : deux rings, des sacs de frappes un peu partout, des coachs qui conseillent les jeunes aussi bien filles que garçons, et une magnifique fresque peinte à la Bombe. Au premier étage, je découvre, surpris, une multitude de tables et de chaises, une véritable petite salle de classe.

Un responsable me donne quelques explications : lorsque les jeunes sortent de l’école, ils se rendent au Boxing-Beat. Dans un premier temps, ils sont en haut pour faire leurs devoirs avec l’aide d’animateurs, et ensuite après les efforts intellectuels, place aux efforts physiques. Tout un accompagnement des jeunes, de la réflexion au défoulement. Une véritable maison de quartier fusionnée avec une salle de boxe.

Et pour pouvoir enfiler les gants, les jeunes doivent tout d’abord rendre des comptes à l’école. L’association Boxing-Beat n’hésite pas à rencontrer les établissements scolaires pour mieux suivre ceux en grande difficultés. D’autres activités sont également proposées comme des ateliers slams et dessins.

Accompagné de Mahyar Monshipour, ancien champion du monde de boxe, Bernard Laporte est donc venu voir à quoi ressemblait cette structure. Les gamins étaient ravis de rencontrer ces deux bonshommes qu’ils ne voient qu’à la télé. Bien plus impressionnant en vrai qu’à l’écran, c’est un Bernard Laporte très disponible qui parle à tout le monde et écoute la petite visite des lieux. L’auteur de la fresque murale lui présente une bande dessinée dont il est l’auteur, les enfants, un peu plus timides, n’osent pas trop poser de questions, se contentant de photos avec le secrétaire d’Etat.

Cette visite a visiblement réjoui les membres de l’association qui ont vu là une reconnaissance et une valorisation de leur travail. Quant-aux enfants, ils rêvent déjà peut-être d’un parcours comme celui de Bernard Laporte ou encore John M’Bumba, un jeune de 24 ans qui boxe au Boxing-Beat et qu’on retrouvera aux JO de Pékin. Il vient de se qualifier dans la catégorie poids-lourds! Car l’association est également un nid à champions !

  
Bernard Laporte
envoyé par Bondy_Blog

Articles liés

  • Le front politique des enseignants se prépare-t-il ?

    Comment va se traduire la colère des professeurs dans les urnes ? Alors que les professeurs semblaient être nombreux à adhérer au projet Macron en 2017, la colère contre le ministre de l'Éducation Nationale et ses protocoles sanitaires, laisse présumer une désaffection pour le prochain scrutin. Prise de pouls lors de la manifestation du 27 janvier.

    Par Olorin Maquindus
    Le 28/01/2022
  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022