Deux ans et deux mois après sa création durant les émeutes de l’automne 2005, le Bondy Blog aborde les quais de Seine et les rivages de la Méditerranée. Ce 14 janvier, il lance deux sites sous son même toit : le Neuilly Bondy Blog et le Marseille Bondy Blog. Cette augmentation de l’offre rédactionnelle répond à son envie d’élargir la palette des réalités et des sensations.

Pourquoi Neuilly ? Surnommée le XXIe arrondissement de Paris, la ville érigée en modèle de réussite par Nicolas Sarkozy est aussi une banlieue. Elle véhicule autant de clichés – pas les mêmes – que le 93. Neuilly la bourgeoise, emblème du 92, est l’antithèse de Bondy la rouge. C’est un pionnier du Bondy Blog, le journaliste et écrivain suisse Blaise Hofmann, qui ouvre les feux : il vit depuis une semaine à Neuilly et raconte ses aventures, ses rencontres. Il passera bientôt le relais à Idir Hocini, fine plume et Bondy-trotter, sur le principe d’alternance que le magazine suisse L’Hebdo avait mis en place à Bondy en 2005. Le projet bénéficiera aussi de l’apport de quatre étudiants de l’école de journalisme de Sciences-Po, encadrés par Pierre Assouline. Ce n’est pas parce que le Bondy Blog veut être la voix des banlieues qu’il restera enfermé dans les cités ! Son jumelage virtuel avec Neuilly se veut corrosif, mais aussi instructif. 

Pourquoi Marseille ? Parce que cette métropole du sud de la France, c’est Paris et la Seine-St-Denis réunie en une seule ville, un immense quartier populaire à elle seule, entrecoupé de parcelles chics. Le Marseille Bondy Blog, c’est un pas évident en direction de la Méditerranée et du Maghreb, composants de l’identité française. Marseille la provençale est une ville arabe, au même titre qu’arménienne, italienne ou comorienne. La rédaction du Marseille Bondy Blog est constituée d’un encadrement de trois professionnels et d’une équipe de jeunes blogueurs, filles et garçons, qui se réunissent une fois la semaine dans les locaux de l’association L’Acte. Elle peut compter sur le soutien de l’Ecole de journalisme et de communication de Marseille, ainsi que sur l’apport de jeunes issus des quartiers « nord » et « est » de la ville.

Ces deux innovations sont portées par le lancement d’une nouvelle maquette, conçue par l’agence web Upian et déclinée dans des couleurs différentes. Plus belle, plus fonctionnelle, plus attrayante, elle est un pan essentiel de notre démarche à la fois journalistique et citoyenne.

Fort de ces nouveautés, le Bondy Blog se jette avec entrain dans l’année 2008, où ses premières grandes échéances seront le plan banlieues et les municipales de mars prochain.

Le Bondy Blog est lu par une moyenne de 200’000 lecteurs par mois. Alors que les sites payants, animés par des professionnels, se multiplient, il reste seul sur son créneau, maintient le choix du gratuit et entame avec Neuilly et Marseille un développement en direction d’une plateforme de journalisme local et citoyen, d’autant plus que la question des rapports entre médias et banlieues se pose avec acuité.

Pour cela, il a créé en septembre 2007 à Bondy une « école du blog » qui se tient deux fois par mois et où de grands noms de la presse viennent aider les jeunes de quartier à écrire et à prendre la parole. Chaque séance a affiché complet.

Nous remercions notre partenaire, 20Minutes.fr, qui diffuse et soutient le Bondy Blog depuis octobre 2007, ainsi que L’Hebdo, média fondateur, qui suit nos aventures avec bienveillance. Le Bondy Blog, en plein développement, a commencé sa recherche de nouveaux partenaires pour pérenniser et étendre son action.

La rédaction du Bondy Blog

Nordine Nabili

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021