Le Bondy Blog était vendredi dans ses petits souliers. Ce jour-là, sous le titre « Souleyman : « Je ne suis pas né délinquant », nous avons publié le témoignage d’un jeune homme de Clichy-sous-Bois qui prétendait avoir été sur les lieux du drame qui a coûté la vie à Zyed Benna et Bouna Traoré, le 27 octobre 2005. Or, selon des Clichois et les avocats des familles des deux victimes, ce récit ne correspondait pas aux faits qui se sont produits à cette époque. Dans le doute, nous avons décidé de retirer l’article.

En publiant ce témoignage qui s’est révélé sujet à caution, nous avons commis une faute. Il n’y a pas pire cauchemar pour un média que de donner à lire, voir ou entendre des informations inexactes. Or voilà que ça tombe sur nous, pour un sujet qui plus est au plus près de la mission que nous nous sommes donnée : raconter la vie des quartiers. C’est une belle et cruelle leçon d’humilité. Dire que cela ne se reproduira plus jamais serait aussi stupide que d’affirmer connaître l’avenir. Mais au moins sommes-nous appelés désormais à redoubler de vigilance.

Un lecteur qui nous veut du bien, s’étonne : « Comment cela a pu vous arriver à vous ? », nous demande-t-il. Sous-entendu, vous le média au cœur des banlieues, là où d’autres ont tant de difficultés parfois à se rendre ? Eh bien, cela nous est arrivé. Le plus paradoxal est que le blogueur qui a recueilli le témoignage de Souleyman (prénom modifié) est l’un des plus fins connaisseurs de ce terrain.

A ce propos, il convient de ne pas faire d’amalgames avec des polémiques récentes mettant en cause d’autres médias dans leur couverture des banlieues. Notre blogueur Aladine Zaiane était en relation depuis un an avec le jeune homme qui s’est confié à lui. Comme il l’écrit dans son « mea culpa » paru samedi, il n’a pas cherché à faire un « coup » rédactionnel. Ce qui l’intéressait et intéressait le Bondy Blog, c’était davantage le récit de ce qu’était devenu Souleyman depuis les émeutes de 2005 que la révélation de secrets sur sa participation à ces révoltes. Ce dernier point, dans l’esprit où cet article a été rédigé, était même accessoire.

Aladine a très certainement été abusé par un jeune homme qui, mêlant le vrai et le faux, aura voulu raconter une tranche de vie qu’il n’a pas vécue. Ainsi, même « à nous », Bondy Blog, de telles déconvenues peuvent arriver. Et quelque part, ce n’est pas plus mal. Le Bondy Blog ne prétend pas être sur un piédestal, il n’a pas non plus à y être placé.

Dans une époque où il est de bon ton de s’en prendre au « système médiatique », attachons-nous, dans notre affaire, à cerner les responsabilités de chacun : le premier responsable de ce témoignage douteux est le témoin. C’est ensuite le blogueur qui a retranscrit, en toute bonne foi, son témoignage. C’est enfin, et surtout, le rédacteur en chef, qui a décidé de publier cet article. Que cela nous serve donc de leçon.

Nous réitérons nos excuses aux lecteurs du Bondy Blog. Nous les présentons à l’hebdomadaire Courrier International, notre partenaire pour ce spécial « Emeutes, cinq ans après », ainsi qu’au magazine suisse L’Hebdo, qui ont tous deux reproduit le témoignage litigieux.

Antoine Menusier, rédacteur en chef du Bondy Blog
Nordine Nabili, président du Bondy Blog

Antoine Menusier

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021