Jeudi, manif des lycéens à Paris. Je vois un jeune homme qui en poursuit un autre. Le premier, cheveux mi-longs, attrape le second qui porte une capuche par le bras. « Cheveux mi-longs » l’arrête, le retient. « Capuche » se retourne, lève la tête vers lui, et vlan ! Il met une droite à « Cheveux mi-longs » et s’enfuit. « Capuche » serait-il un de ces fauteurs de troubles qui sévissent dans les manifs ?

Le cogneur court à toutes jambes, je suis sûr que son professeur de sport ne l’a jamais vu courir aussi vite. Je le vois léviter dans la foule, zigzaguant. Je le suis à bonne distance. Il court sur le côté gauche de l’avenue, bifurque à droite en se retournant de temps en temps pour vérifier que personne ne le suit. Il est accompagné de quelques jeunes gens. Maintenant, il retire sa capuche alors qu’il change encore une fois de direction. Il se retourne encore puis accélère à nouveau. Cette fois, il met un bonnet et s’arrête près d’un groupe dense de manifestants.

J’arrive prudemment à sa hauteur et lui parle. « Pourquoi tu as fait ça ? On est tous en train de manifester tranquillement et tu gâches le truc en faisant des choses comme ça ? » Il se retourne. « C’est pour ça que vous m’avez coursé », dit-il, visiblement surpris mais pas trop gêné par la situation. S’ensuit une courte mais ferme explication qui se conclut par un « Y’a pas de problèmes, je reviens pas vers votre groupe; y’aura pas d’autres soucis ». Je le laisse et rejoins mon groupe. Fin du premier round.

La manifestation poursuit son chemin. Elle touche même à son terme quand je retombe sur « Capuche ». Il est maintenant bien sagement accoudé à une barrière. Il me donne son pseudo, Slimthug, et me dit qu’il vient du 93. Derrière lui est alignée une rangée de CRS. Ils occupent la largeur de l’avenue. Ils avancent dans la rue et veulent que les jeunes évacuent la route. Je demande à Slimthug : « Qu’est-ce qui s’est passé tout à l’heure ? – En fait, pour le mec de tout à l’heure, je vais vous dire la vérité. Il y a un autre mec là-bas qui lui a pris son portable », dit-il en accompagnant ses mots d’un geste de la main. Je ne comprends pas. J’ai l’impression qu’il me balade ici et là (voire là-bas).

J’ai l’impression qu’il me ment, qu’il est bien un de ces casseurs de manifs. Mais à quoi ça ressemble un casseur ? Le reconnaît-on à ce qu’il porte une capuche ? D’autres ados sont avec Slimthug. Madox, Skiz, Sultane sont leur pseudos. Ils ne se connaissaient pas avant la manifestation, d’après ce qu’ils me disent. Ils viennent de villes différentes : Gonesse, Villiers-le-Bel, ils ont tous environ 18 ans.


Manif étudiante : 1 casse(ur) et demi
envoyé par Bondy_Blog

Axel Ardes

Axel Ardes

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022