Jeudi, manif des lycéens à Paris. Je vois un jeune homme qui en poursuit un autre. Le premier, cheveux mi-longs, attrape le second qui porte une capuche par le bras. « Cheveux mi-longs » l’arrête, le retient. « Capuche » se retourne, lève la tête vers lui, et vlan ! Il met une droite à « Cheveux mi-longs » et s’enfuit. « Capuche » serait-il un de ces fauteurs de troubles qui sévissent dans les manifs ?

Le cogneur court à toutes jambes, je suis sûr que son professeur de sport ne l’a jamais vu courir aussi vite. Je le vois léviter dans la foule, zigzaguant. Je le suis à bonne distance. Il court sur le côté gauche de l’avenue, bifurque à droite en se retournant de temps en temps pour vérifier que personne ne le suit. Il est accompagné de quelques jeunes gens. Maintenant, il retire sa capuche alors qu’il change encore une fois de direction. Il se retourne encore puis accélère à nouveau. Cette fois, il met un bonnet et s’arrête près d’un groupe dense de manifestants.

J’arrive prudemment à sa hauteur et lui parle. « Pourquoi tu as fait ça ? On est tous en train de manifester tranquillement et tu gâches le truc en faisant des choses comme ça ? » Il se retourne. « C’est pour ça que vous m’avez coursé », dit-il, visiblement surpris mais pas trop gêné par la situation. S’ensuit une courte mais ferme explication qui se conclut par un « Y’a pas de problèmes, je reviens pas vers votre groupe; y’aura pas d’autres soucis ». Je le laisse et rejoins mon groupe. Fin du premier round.

La manifestation poursuit son chemin. Elle touche même à son terme quand je retombe sur « Capuche ». Il est maintenant bien sagement accoudé à une barrière. Il me donne son pseudo, Slimthug, et me dit qu’il vient du 93. Derrière lui est alignée une rangée de CRS. Ils occupent la largeur de l’avenue. Ils avancent dans la rue et veulent que les jeunes évacuent la route. Je demande à Slimthug : « Qu’est-ce qui s’est passé tout à l’heure ? – En fait, pour le mec de tout à l’heure, je vais vous dire la vérité. Il y a un autre mec là-bas qui lui a pris son portable », dit-il en accompagnant ses mots d’un geste de la main. Je ne comprends pas. J’ai l’impression qu’il me balade ici et là (voire là-bas).

J’ai l’impression qu’il me ment, qu’il est bien un de ces casseurs de manifs. Mais à quoi ça ressemble un casseur ? Le reconnaît-on à ce qu’il porte une capuche ? D’autres ados sont avec Slimthug. Madox, Skiz, Sultane sont leur pseudos. Ils ne se connaissaient pas avant la manifestation, d’après ce qu’ils me disent. Ils viennent de villes différentes : Gonesse, Villiers-le-Bel, ils ont tous environ 18 ans.


Manif étudiante : 1 casse(ur) et demi
envoyé par Bondy_Blog

Axel Ardes

Axel Ardes

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021