Le défi d’accueillir, pendant plusieurs mois, des journalistes suisses dans notre quartier est gagné.

Au-delà même de toutes nos espérances! Le blog va continuer, animé par des Bondynois en partenariat avec l’équipe de L’Hebdo. Au R.C. Blanqui nous militerons pour que de nombreux jeunes du quartier puissent vivre cette aventure.

Au nom de notre association, je tiens à vous dire, ici, que, pour nous, ce ne fut pas facile. Pour le comprendre, il faut savoir que notre appartement, mis gracieusement à disposition par la ville de Bondy, était auparavant utilisé uniquement pour quelques réunions et autres tâches administratives. L’arrivée du téléphone, et d’Internet, de même que la présence quotidienne d’un journaliste de L’Hebdo et de membres de l’association, sont des facteurs dérangeants.

Pour les 15-20ans, une toute petite minorité, les actes délictueux, dénués de tout courage, furent quotidiens: agression du journaliste Paul Ackermann – cailloutage à plusieurs reprises – insultes – boîtes aux lettres vandalisées – serrure, vitres et volets cassés – « squattage » de l’entrée de l’immeuble

Le R.C. Blanqui est un club de quartier pour les 20-30ans. L’accueil et la prise en charge des plus jeunes sont assurés par la ville. A cet effet, le Maire met en place, dans le cadre de l’unité du territoire, tout un dispositif pour ces petits « cons »… Des membres actifs du R.C. Blanqui s’activent au quotidien pour ces jeunes (sorties, réparations de motos, etc.), ainsi qu’un accueil ponctuel sur le site pour Internet. Sans aucun retour ou reconnaissance.

L’expérience du blog aura mis à jour l’immense richesse de notre quartier et, plus largement, des Bondynois. Mais aussi, pour une minorité: une pauvreté intellectuelle – un sentiment d’impunité – une absence totale du respect d’autrui ou de solidarité envers l’autre.

Ce fut difficile, souvent sur le fil du rasoir, mais nous en sortons grandis et, avec en bout de course, une grande réussite.

Mon bilan, en ma qualité de Président, est que, pour mon quartier, je saurai cette fois garder la mémoire… Certains actes et comportements sont, pour moi, impardonnables.

Et puis, c’est le plus beau, le plus merveilleux, Pierre-André est sauvé!

 

Mohamed Djeroudi, Président du R.C. Blanqui

Mohamed Djeroudi

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021