Dans le cadre d’un projet pédagogique, 13 jeunes femmes issues de l’Institut National de Formation et d’Application ont créé l’entreprise Pour L’. En 2011, elles avaient participé  à un concours organisé par l’association Entreprendre pour Apprendre et proposé un insolite urinoir féminin.

Aussi appelé P-Mate, il permet à ces dames d’uriner debout, comme les hommes. À usage unique, biodégradable, il tient facilement dans un petit sac à main. Le procédé est théoriquement simple : il suffit de placer l’urinoir convenablement et d’adopter la posture classique d’un garçon se vidant la vessie. Question pratique, l’habitude s’acquiert avec la pratique : « il faut juste être bien être détendue » précise Déborah, 18 ans, la directrice commerciale de l’entreprise Pour L’.

Pour la jeune femme, le P-Mate est un produit qui apporte « une solution révolutionnaire » pour les femmes. « L’urinoir jetable n’est pas indispensable dans notre vie quotidienne car nous ne l’utilisons pas dans nos toilettes personnelles. En revanche, il est vrai qu’à l’extérieur, l’urinoir, accompagné de ses lingettes intimes, permettent aux  femmes et aux enfants de pouvoir uriner aussi facilement que les hommes, dans  n’importe quelle situation, sans se soucier du manque d’hygiène de l’endroit dans lequel ils se trouvent. Il a été prouvé par un urologue que 70% des femmes se retiennent d’aller aux toilettes à cause de l’hygiène douteuse des toilettes publiques, comme les aires d’autoroutes par exemple ». Au-delà de l’aspect hygiénique, l’aspect sanitaire importe tout autant : « Ce que les femmes ne savent pas, c’est que le fait de se retenir, et même le fait de fléchir les jambes pour uriner, entraîne la contraction de la vessie et c’est ce qui provoque les infections urinaires par le stockage des mauvaises urines dans le corps ».

Amal, 23 ans assistante du service technique, confirme, « Les femmes sont sujettes aux infections urinaires, très souvent en particulier en « position de ski ». Ce produit est très utile ». Le jour du test, elle très enthousiaste à l’idée de l’essayer pour la première fois, et se souvient avoir « bien ri de pouvoir faire pipi comme un mec ! »

Mais ce produit insolite et nouveau atteint timidement les mœurs des Françaises : « D’une part il y a ceux qu’ils veulent essayer et trouvent que c’est une très bonne idée, et d’autre part il y a les personnes qui sont très sceptiques, se posent beaucoup de questions, et sont hésitantes. Je trouve qu’il y a un manque d’ouverture d’esprit parfois », regrette Amal.

C’est le combat contre ce manque d’ouverture qu’Elsa, 21 ans, la responsable en communication de Pour L’, a décidé de mener : « Je fais de la pub pour ce produit parce que j’y crois, je veux faire avancer les mentalités. Lors de nos points ventes, nous sommes déterminées. Une fois, une amie m’a carrément demandée de lui prouver que je l’utilisais… ».

Curieux d’avoir l’avis de ma copine, j’ai jugé bon de le lui faire tester. J’ai acheté un pack de 5 urinoirs et de 5intimes pour 3 euros. Elle a d’abord réagi avec perplexité, à la limite du rejet. Le pack n’a pas trouvé de place lingettes  dans son sac. Un jour de promenade en amoureux dans un parc, elle a un besoin urgent. Une fois sortie des sanitaires publics, elle me dit avec dégoût : « c’est dégueulasse à l’intérieur ». Rebelote un autre jour de déjeuner dans un snack. En sortant, la mine dégoûtée par l’insalubrité des lieux, elle me confie dans la foulée : « Dès demain, ton urinoir jetable aura toute sa place dans mon sac ! »

Prosith Kong

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021