Il est 17 heures, le 3ème Forum Espoir Banlieues ferme ses portes. Le village des associations, attractions de l’après-midi, n’est resté ouvert que trois heures. Trois petites heures pour présenter la vitrine des quartiers, ceux qui « agissent au quotidien », les « véritables acteurs des quartiers » comme les présente Fadéla Amara. Pour avoir déambulé dans ce « village d’irréductibles », peut-être ceux qui y croient encore, la moyenne d’âge n’avait rien de représentatif. Costards et tailleurs portés par des quadras étaient majoritaires.

Les quelques « représentants des quartiers populaires et de la diversité » comme les présentait Christian Estrosi, dans son discours quelques heures plus tôt, faisaient pâle figure. Heureusement avaient été invités « quelques rappeurs » afin de redorer le blason des ambitions du plan Espoir Banlieues. La mode serait-elle au costard et au tailleur ? Pas plus qu’ailleurs. Mais l’heure devait être au sérieux, le chaland n’est plus le même… 

Fort à propos, le stand des chibanis, fidèles au poste, est là pour inscrire l’idée « d’intergénérationnel ». Chatouillé par l’idée depuis ce matin de rencontrer du local, de l’autochtone des quartiers niçois, j’ai dû m’avouer vaincu devant des stands aussi « funcky » que celui de l’Anru, de l’Afev, de la Fédération des centres sociaux, du réseau Ecole deuxième chance et j’en passe…

Cependant au détour d’une collation je croise Pascal*, médiateur dans le quartier Pasteur à l’est de Nice. Ce quartier, l’un des plus peuplé de la capitale provençale, compte 10 000 habitants environ et n’est qu’à 5 minutes du centre. Pascal a 20 ans, des bras de boxeur et le crâne rasé. Après un CAP plomberie chauffagiste, qui n’a débouché sur aucun travail, il est embauché en contrat aidé en janvier 2009, comme médiateur dans le quartier. Une cité qu’il connaît bien, puisqu’il y est né. Ses journées commencent à 8h30, par un tour des commerçants, histoire de prendre la température : « Des agressions, des clients qui ne payent pas, des vols… », les coupables sont rapidement identifiés, « les commerçants connaissent tous leurs noms, sauf quand ils viennent cagoulés ». Alors Pascal et les trois autres médiateurs discutent avec les jeunes, les vieux, histoire d’arranger les choses.

« Maintenant les gens préfèrent faire appel à nous plutôt qu’à la police, ils savent où l’on est » et le quartier a l’air de s’en porter mieux selon ses dires. « Notre seul arme est la parole, on a rien d’autre », alors ces grands frères, disent que fumer du shit c’est pas bien, c’est pas bon pour la santé. Et si jamais on leur répond qu’eux aussi ils ont fumé à l’époque, ils parlent de cap, d’arrêt salutaire… Les cités se ressemblent. La vie, les divertissements aussi, il manque toujours des « structures sportives ou autres », sauf qu’à Nice l’été c’est pas comme à Bobigny. « Les gamins ici ils vont à la plage ou au bled. La période la plus dure ici c’est l’hiver. »

Adrien Chauvin

*Prénom modifié

Adrien Chauvin

Articles liés

  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022