Radio Gazelle est une radio associative marseillaise très réputée pour sa diversité culturelle. Dans la cité phocéenne, cette fréquence est écoutée à toute heure, surtout pendant le Ramadan. Problème, si le CSA maintient sa décision, l’association n’émettra plus à partir de février prochain, après 26 ans de bons et loyaux services. La colère monte dans les couloirs de Radio Gazelle : « Ils ne nous ont pas encore réduit au silence ! Nous allons nous battre : meeting, pétitions… », affirme l’un des responsables de la radio. Les auditeurs sont très nombreux et beaucoup sont déjà bien déçus de voir leur station disparaître. Plus qu’une simple radio, Gazelle est une identité médiatique, un véritable symbole pour les marseillais. La décision du CSA est considérée par les auditeurs comme injuste, voire discriminatoire. C’est clair, les Marseillais n’ont pas encore dit au revoir à leur radio, et ils ne baisseront pas les bras.

Eva Soncin et Mohamed Hamidi (BondyMarseille)

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Au Parc des Princes, mouiller le maillot pour lutter contre les violences intrafamiliales

    Pour la journée des droits de l’enfant, 250 jeunes pris en charge par l'ASE ont foulé la pelouse du Parc des Princes. Au menu de la 2nd édition du Tournoi de l’Enfance : du foot, de la musique et des invités de marque. L'objectif était de sensibiliser à la cause des violences intrafamiliales et de rendre heureux les enfants concernés. Reportage. 

    Par Ayoub Simour
    Le 24/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022