D’un côté, Julia, 13 ans, qui réside dans les Yvelines après avoir vécu à Boulogne puis dans le 16e arrondissement de Paris. Cheveux châtains clairs et lisses, fille unique, issue d’un mariage mixte, une mère française, un père français d’origine algérienne. De l’autre, moi, 14 ans, qui vis dans le 93 depuis toujours, des parents tous deux français d’origine algérienne, brune, cheveux bouclés, et deux frères en prime.

On ne le dirait pas, mais Julia est ma cousine germaine. Elle et moi, on ne se voit pas souvent parce que nos emplois du temps ne nous le permettent pas ; et puis le département des Yvelines ce n’est pas à côté, en plus ces derniers temps avec la neige, le 78 était à la limite du département sinistré… Cette année, pendant les vacances de Noël, Julia a passé quelques jours chez moi. Je m’entends super bien avec elle, mais après quatre jours, je constate que même si nous sommes toutes les deux issues de la banlieue parisienne ainsi que de la même famille, nous n’avons pas beaucoup de points communs.

Si vous avez un membre de votre famille ou un ami, de votre âge, qui a grandi dans un pays étranger au vôtre, je peux bien comprendre qu’il n’y ait pas beaucoup de similitudes entre lui et vous. Mais dans le cas présent, Julia habite à 50 km à peine de chez moi… Alors, le choc des cultures, c’est partout ? Oui, c’est partout, et la distance ne fait rien à l’affaire.

Prenons la musique. Julia et les copines de son collège écoutent essentiellement de la techno ainsi que des chanteurs comme PZK, Miley Cyrus, Jena Lee… Alors que dans mon collège, on est plutôt branché sur la fréquence Rn’b : Kenza Farah, Amel Bent, les compils rai’n’b fever… Mais il nous reste en commun, heureusement, le rap, Diam’s, Kery James qui transcendent les particularismes est-ouest (le 93 par rapport au 78). J’oubliais de vous dire que dans le 78, on utilise des termes qu’on n’emploie pas dans mon département. Pour dire « c’est génial ! », chez ma cousine on dit « c’est dar ! », une expression que je n’ai jamais entendue dans mon collège, fidèle à « c’est de la bombe ».

Bien entendu, comme toutes filles qui se respectent, on s’est fait des séances beauté. Alors que j’étais en train de me lisser les cheveux, elle se bouclait les siens, encore un détail qui atteste de nos différences. Elle m’avoue qu’elle rêve d’avoir ma chevelure alors que de mon côté, je peste chaque jour eu égard à l’entretien que réclame la mienne.

Nous avons profité du mauvais temps pour aller au cinéma, faire du shopping et là encore, je constate que nous ne nous dirigeons pas vers les mêmes enseignes. Elle a aussi demandé à ma mère de lui apprendre à cuisiner quelques plats orientaux. Elle est repartie chez elle avec des recettes et des ingrédients qu’elle ne risquait pas de trouver dans son supermarché.

Nous avons également rendu visite à notre famille, dont les membres résident en majorité en Seine-Saint-Denis. Rien que pour ça, elle me confie qu’elle aimerait bien venir habiter dans le coin. Finalement, il n’y a pas besoin que deux cousines se ressemblent comme deux gouttes d’eau, qu’elles habitent à deux pas l’une de l’autre, qu’elles aient grandi dans les mêmes quartiers pour qu’elles s’apprécient et s’éclatent comme des folles : nous en sommes la preuve ! Et comme ça nous a bien plu, de nous voir, nous avons décidé de remettre ça dès que possible. La prochaine fois, promis Julia, c’est moi qui débarque dans ta campagne !

Sarah Ichou

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022