« La vérité c’est que la France n’a jamais eu de politique d’immigration envers les Algériens en particulier, analyse Ahmed, professeur de lycée. Parce qu’en avoir une c’est reconnaître l’Algérie indépendante. Or l’Algérie, c’est la France. Du coup, les immigrés sont redevenus des colonisés ».

L’origine des émeutes n’est pas celle qu’on croit, à entendre Ahmed: « 2005 est l’année où la France et l’Algérie devaient signer leur Traité d’amitié. Or pour une partie des politiques, à gauche comme à droite, il fallait faire échouer ce projet. Crois-tu que c’est un hasard si l’on a voté la loi du 23 février, art. 4 sur les effets positifs de la colonisation? On parle de cette loi depuis 2003, année de l’Algérie à l’époque ». Une vraie catastrophe. En mai 2005, Boutef (- lika, présent algérien), fidèle à son idée que toute la lumière devait être faite sur la guerre d’Algérie, avait fait une discours comparant le comportement des soldats français aux nazis. Il y a eu aussi des allusions à l’usage pendant la guerre de fours crématoires, des fours à chaux, où l’armée française faisaient passer les Algériens. Il y a eu aussi le clash du match France-Algérie au stade de France. Mais moi j’y étais moi, c’était la fête, rien de bien méchant. La partie était inégale et politique voilà tout (Jospin et Chirac y étaient). La France championne du monde contre une équipe de quatrième zone, tu penses! Et en plus elle jouait à domicile.

De même, qui sont les responsables de l’éducation nationale en Seine-St-Denis? Beaucoup sont des pieds noirs. Ils n’ont toujours pas digéré la défaite. Même au PS d’ailleurs. Pour rappel, c’étaient les socialistes qui étaient aux commandes pendant la guerre d’Algérie. Alors qu’est-ce qu’on laisse comme opportunité aux Maghrébins en banlieue? Des brevets d’aptitude à la fonction d’animateur. Ici, on appelle ça les BAFA. Tout le monde veut faire ça, Les jeunes vont voir les aînés et leur disent tu peux m’filer ton BAFA? Tu peux m’aider pour le BAFA? C’est la tribu des BAFA-BAFA. Les bergers des cités, des cités qui ressemblent de plus en plus au bled avec le départ des locataires Français, des classes parfois entièrement composées de Maghrébins. Lesquels partent dans la vie avec des parents analphabètes. Parce que les bonnes vieilles lois de la République (Droits de l’Homme, lois foncières, loi Ferry), c’était vrai pour tout le monde SAUF pour les Maghrébins.

 

Par Michel Beuret

Michel Beuret

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021