« La vérité c’est que la France n’a jamais eu de politique d’immigration envers les Algériens en particulier, analyse Ahmed, professeur de lycée. Parce qu’en avoir une c’est reconnaître l’Algérie indépendante. Or l’Algérie, c’est la France. Du coup, les immigrés sont redevenus des colonisés ».

L’origine des émeutes n’est pas celle qu’on croit, à entendre Ahmed: « 2005 est l’année où la France et l’Algérie devaient signer leur Traité d’amitié. Or pour une partie des politiques, à gauche comme à droite, il fallait faire échouer ce projet. Crois-tu que c’est un hasard si l’on a voté la loi du 23 février, art. 4 sur les effets positifs de la colonisation? On parle de cette loi depuis 2003, année de l’Algérie à l’époque ». Une vraie catastrophe. En mai 2005, Boutef (- lika, présent algérien), fidèle à son idée que toute la lumière devait être faite sur la guerre d’Algérie, avait fait une discours comparant le comportement des soldats français aux nazis. Il y a eu aussi des allusions à l’usage pendant la guerre de fours crématoires, des fours à chaux, où l’armée française faisaient passer les Algériens. Il y a eu aussi le clash du match France-Algérie au stade de France. Mais moi j’y étais moi, c’était la fête, rien de bien méchant. La partie était inégale et politique voilà tout (Jospin et Chirac y étaient). La France championne du monde contre une équipe de quatrième zone, tu penses! Et en plus elle jouait à domicile.

De même, qui sont les responsables de l’éducation nationale en Seine-St-Denis? Beaucoup sont des pieds noirs. Ils n’ont toujours pas digéré la défaite. Même au PS d’ailleurs. Pour rappel, c’étaient les socialistes qui étaient aux commandes pendant la guerre d’Algérie. Alors qu’est-ce qu’on laisse comme opportunité aux Maghrébins en banlieue? Des brevets d’aptitude à la fonction d’animateur. Ici, on appelle ça les BAFA. Tout le monde veut faire ça, Les jeunes vont voir les aînés et leur disent tu peux m’filer ton BAFA? Tu peux m’aider pour le BAFA? C’est la tribu des BAFA-BAFA. Les bergers des cités, des cités qui ressemblent de plus en plus au bled avec le départ des locataires Français, des classes parfois entièrement composées de Maghrébins. Lesquels partent dans la vie avec des parents analphabètes. Parce que les bonnes vieilles lois de la République (Droits de l’Homme, lois foncières, loi Ferry), c’était vrai pour tout le monde SAUF pour les Maghrébins.

 

Par Michel Beuret

Michel Beuret

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022