Petites ou rondes ? Larges ou fines ? Carrées ou ovales ? Blanches ou noires ? Nécessaires ou phénomène de mode ? Les lunettes sont aujourd’hui sur de plus en plus de nez. Mais cet engouement pour les binocles est bien plus qu’une réponse à un problème du vue. Je me souviens que lorsque j’avais 7ans, porter des lunettes, c’était passer pour un « bouffon ». Si, en plus, on avait le malheur d’avoir des boutons, on était l’intello à lunettes qui se tue à l’école. Un nom résumait tout ça : le binoclard ou la binoclarde était une « calculatrice ».

Depuis l’âge de 14 ans, je porte des lunettes. Heureusement, les modèles ont évolué. A l’époque, elles recouvraient 70% de la surface de mon visage, aujourd’hui plus que 10. Quel progrès ! Cela explique peut-être que de plus en plus de jeunes parmi les 16-20 ans portent des lunettes. Pas pour corriger leur vue, mais pour faire « style ». Les prix sont hallucinants. Pour une monture Guess, les demoiselles vont jusqu’à débourser 500€, verres inclus. La dernière monture Gabanna fait également fureur. Rien n’est trop « classe » ni semble-t-il trop cher pour nos ados. Voyons ce qu’ils en disent.

« Tu as un problème de vue ? – Non aucun. – Pourquoi portes-tu des lunettes, alors? – Pour le fun. – Mais autant acheter des lunettes de soleil, c’est encore plus fun. – Non, avec des verres transparents, on voit bien plus la monture, et puis les verres, c’est du plastique. – Sais-tu que ces verres, à long terme, bousillent la vue ? – Heu… Non, mais je ne les mets que quand je sors. Ça ne peut pas me faire de mal. Enfin, j’espère… – Donc pour toi, ce n’est rien de plus qu’un accessoire de mode, tel un bracelet ? – Exactement ! J’en ai même plusieurs. Différentes couleurs, montures et surtout marques ! – Du genre ? – Armani, Police, D&G… Rouges, vertes, noires, mais mes préférées ce sont les blanches, les Armani. – D’accord, Merci pour ces infos… »

J’ai mis les voiles car sa passion pour les lunettes devenait envahissante. Je tombe sur un autre jeune à lunettes, sauf que lui, il ne les porte pas que pour le « fun ». Il est myope. Pour autant, il ne s’est pas contenté d’une monture Afflelou à 60€. Non, il a cherché, et trouvé, une belle paire, assez chère, une marque bien sur : 350€ la monture Replay avec verres 4 saisons !

Ces jeunes ne vivent que pour la mode. Et les apparences. C’est à qui aura la paire de lunettes la plus chère. De mon temps, qui n’est pas si éloignée, la concurrence était entre les montres et les lunettes. Les lunettes, c’était l’intelligence, les montres, l’argent. Moi qui ai un problème de vue, je suis très contente aujourd’hui de ma paire d’Armani bleue à 280€. Je les ai depuis 3ans et ne suis pas prête d’en changer.

Inès El laboudy

Inès El laboudy

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022