Fin février, les familles de Seine-Saint-Denis ayant un enfant scolarisé en classe de 6e pour l’année 2009/2010 dans un collège public ou privé, ont reçu un coupon-informatique. Envoyé par le conseil général. L’idée ? Permettre à un élève d’acquérir un ordinateur à un prix correspondant au quotient familial des parents. Aux prix de 20 à 400 euros, sachant que le prix public dudit ordinateur est de 750 euros.

Pour 20 euros, il faut justifier de revenus compris entre 0 et 250 euros par mois et pour l’avoir à 400 euros, les revenus doivent être égaux ou supérieurs à 950 euros. Une initiative qui enthousiasme les collégiens, qui ont trouvé là un argument massue : « Maman, tu ferais de sacrés économies en me prenant ce PC. Tu sais bien qu’un jour ou l’autre il m’en faudra un. C’est l’occasion ! »

Les élèves à cette offre s’adresse sont heureux d’avoir un tel ordinateur, équipé de logiciels libres ou gratuits, de ressources pédagogiques, d’un graveur CD/DVD et livré avec une sacoche de transport. « Je me sens grand maintenant et il est à moi ! », s’exclame Teddy, tenant fièrement sa sacoche sous le bras. L’ordi est en effet plutôt pas mal et la sacoche également. Ce « petit bijou » est livré à domicile dans un délai de quatre semaines minimum.

Mon petit cousin de 11 ans a pu profiter de ce coupon-informatique. Il en a, de la chance. A mon époque, même si je ne suis pas septuagénaire non plus, la rentrée de 6e rimait avec dictionnaire et première calculatrice scientifique offerts. Quelques année plus tard, il s’agissait d’une clé USB d’un giga et aujourd’hui voilà qu’ils ont un PC 17 pouces !

Ce n’est pas rien et ça crée des jalousies au sein de la famille. Mon cousin en question est plutôt petit et mince à côté de ses grands frères. Il est le dernier et donc le chouchou comme dans beaucoup de familles, et le voir marcher dans le couloir de chez lui avec un ordi aussi lourd que son corps me fait rire.

Je me souviens que son grand frère de 18 ans avait négocié longtemps pour avoir un ordinateur « qui faciliterai son succès au baccalauréat ». Il a obtenu un modèle standard à 400 euros de 15,4 pouces. Ses parents ne sont pas riches, car le plus jeune a obtenu le sien pour un montant de 35 euros… Autant dire que les revenus de la famille sont faibles, chacun des parents ayant le RSA pour seule ressource.

Ces coupons-informatiques ont vraiment fait l’unanimité auprès des jeunes et des parents. Aujourd’hui, certains attendent encore la livraison de leur bien et ils se voient déjà le trimballer partout avec eux sous le bras. Cathy, elle, en a marre d’attendre : « Chez moi, il y a un ordinateur, mais mes grands frères sont toujours dessus. Impossible de négocier avec eux pour aller voir les épisodes de « Gossip’ Girl » le mercredi après-midi. Du coup, quand j’aurai le mien, je resterai dans mon lit tranquille, sans gêner personne, après avoir fait mes devoirs bien sûr. » Sa maman étant à côté lorsqu’elle me dit cela, il lui faut faire bonne figure. « Il me servira aussi pour réviser le brevet des collèges que les 3e sont en train de passer en ce moment », ajoute-t-elle, se voulant tout à fait rassurante.

Espérons qu’avec un tel outil, elle obtiendra son brevet. D’ici là, les logiciels de l’ordinateur seront encore plus performants et peut-être le modèle aura-t-il évolué. Et la marque, changé. Pourquoi pas un Mac ?

Inès El Laboudy

Inès El laboudy

Articles liés

  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021
  • Français d’origine sud-asiatique : sortir de la désillusion de la représentation

    Si ces dernières années le militantisme anti-raciste tente de combattre les discriminations et les violences que subit la communauté asiatique, qu’en est-il pour ceux appelés “Hindous”, ou “Pakistanais” par raccourci. Comment ces personnes invisibilisées tentent de se définir et de trouver l’équilibre. Les jeunes Desis de France se racontent. Témoignages.

    Par Amina Lahmar
    Le 20/09/2021
  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021