En ces temps de période électorale il y a les mécontents qui attendent les urnes pour pouvoir faire entendre leur voix, ceux qui n’y croient plus trop ou qui n’y ont à vrai dire jamais cru et ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir se poser la question car leur voix n’intéresse pas, ce sont les étrangers.

Même en situation régulière ils ne peuvent prétendre aux droits du citoyen lambda. C’est une des raisons qui a motivé Abdel à vouloir entamer une procédure de réintégration (en tant que ressortissant d’un Etat devenu indépendant). Parmi tant d’autres, il doit subir les conditions dans lesquelles sont toujours reçus les étrangers lors du renouvellement de leur titre de séjour par exemple, malgré les récents travaux effectués qui n’ont pas changé grand-chose selon les usagers. On va finir par se demander si cette pagaille générale depuis le temps qu’elle dure n’est pas volontairement entretenue. Comment expliquer sinon que l’on soit toujours obligé de s’y rendre au milieu de la nuit pour faire la queue pour être certain d’obtenir un ticket sans lequel on ne peut déposer sa demande ?

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’en juin 2006 il se présente afin de retirer son dossier de réintégration et que la secrétaire lui remet le formulaire à remplir et la liste des documents à fournir, elle lui donne naturellement rendez-vous en octobre 2007 pour le dépôt. Il faut au moins reconnaître que ça laisse le temps de rassembler les différentes pièces. Cet homme sidéré par un délai d’attente aussi long s’est alors interrogé sur le temps de traitement de la demande, et je ne vous dis pas quel fût son découragement, même si lui est sûr de l’obtenir, son épouse et ses enfants étant Français. Il s’est bien renseigné sur un moyen de suivre une autre procédure moins rigide et qui faciliterait les démarches aux résidents installés ici depuis de très nombreuses années mais en vain. Souhaitons-lui de ne pas rencontrer de difficultés supplémentaires comme la perte du dossier pendant la phase de traitement qui est arrivée à d’autres et qui a encore retardé l’obtention de leur document.

Ceux qui ont passé l’épreuve avec succès se voient remettre le fameux décret en main propre lors d’une cérémonie très officielle en préfecture. J’aurais aimé y assister afin de la raconter et aussi obtenir les réactions de ces nouveaux Français mais je n’ai à ce jour, et malgré mes multiples demandes auprès de la personne en charge de l’organisation de cette évènement, pas reçu l’accréditation qui me permettrait d’y assister. Je ne me décourage pas d’y parvenir, peut-être par un autre moyen et de pouvoir vous la raconter lors d’un prochain post.

Soraya Messaoudi

Soraya Messaoudi

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021