Face à la crise financière et au pouvoir d’achat en berne, la France d’en bas s’organise comme elle peut. Pour l’instant, le seul commerce qui s’adapte à cette situation, c’est l’épicier, plus fréquemment appelé l’Arabe du coin. Grâce à lui, c’en est fini du paquet de cigarettes à 5 euros et trente centimes. Maintenant, c’est 40 centimes la clope. Pas donné, mais du coup, les fumeurs fument moins. Cela ne vaut pas que pour les cigarettes, il y a aussi les feuilles à rouler à prix très abordable, 10 centimes l’unité seulement. Pour les gourmands, il existe de nombreuses gammes de gâteaux vendus en sachets individuels à 60 centimes, ainsi que les pistaches, cacahuètes et noix de cajou qui sont vendues au gramme.

Avec la hausse des prix, les petits trafics en tout genre intéressent des personnes qui jusque-là n’imaginaient pas qu’ils y auraient recours un jour, eux aussi. C’est le cas d’un des mes anciens profs, qui m’a demandé : « Tu n’as pas de téléphone portable à vendre ? C’est bientôt l’anniversaire de mon fils et au magasin, ils sont trop chers. » J’ai été choqué par sa demande : ce prof que j’avais eu pendant des années au collège me faisait part de son souhait d’acheter du matériel « tombé du camion ». En même temps, j’ai compati : c’est dur pour tout le monde, même pour un employé de l’éducation nationale.

Si nous continuons dans cette voie, il faudra s’attendre à des bouclages de fin de mois difficiles pour toutes les couches sociales de l’Hexagone. Même pour notre président, ce sera dur. Il aura du mal à faire le plein d’essence pour son yacht. Comme le dit le grand philosophe Idriss K : « Habitants de Babylone, ne vous inquiétez pas, demain est un autre jour. »

Idriss K

Idriss K

Articles liés

  • Décoloniser les musées : « La question est éminemment politique »

    L'association Alter Natives a présenté les conclusions d'un programme d'échange entre musées européens et jeunes étudiants autour des objets spoliés pendant de la colonisation. La restitution des œuvres d’art à l’Afrique notamment reste un sujet brûlant. Il se heurte à de nombreux obstacles législatifs et aux mentalités. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 07/02/2023
  • Le combat des sans-papiers contre la dématérialisation

    Les associations, syndicats et travailleur.euses sans-papiers étaient rassemblés, mercredi dernier, devant la préfecture de Bobigny. Ils dénoncent la fermeture des guichets qui crée des files d’attente virtuelles interminables et rend les démarches de régularisation kafkaïennes. Reportage.

    Par Aissata Soumare
    Le 06/02/2023
  • Pour un accès égalitaire à la PMA, la Pride des banlieues lance une pétition

    En juin aura lieu la troisième édition de la Pride des banlieues. Les organisatrices et les organisateurs lancent une pétition pour revendiquer l'égalité d'accès à la procréation médicalement assistée (PMA). Malgré l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, les inégalités perdurent.

    Par Eva Fontenelle
    Le 03/02/2023