Face à la crise financière et au pouvoir d’achat en berne, la France d’en bas s’organise comme elle peut. Pour l’instant, le seul commerce qui s’adapte à cette situation, c’est l’épicier, plus fréquemment appelé l’Arabe du coin. Grâce à lui, c’en est fini du paquet de cigarettes à 5 euros et trente centimes. Maintenant, c’est 40 centimes la clope. Pas donné, mais du coup, les fumeurs fument moins. Cela ne vaut pas que pour les cigarettes, il y a aussi les feuilles à rouler à prix très abordable, 10 centimes l’unité seulement. Pour les gourmands, il existe de nombreuses gammes de gâteaux vendus en sachets individuels à 60 centimes, ainsi que les pistaches, cacahuètes et noix de cajou qui sont vendues au gramme.

Avec la hausse des prix, les petits trafics en tout genre intéressent des personnes qui jusque-là n’imaginaient pas qu’ils y auraient recours un jour, eux aussi. C’est le cas d’un des mes anciens profs, qui m’a demandé : « Tu n’as pas de téléphone portable à vendre ? C’est bientôt l’anniversaire de mon fils et au magasin, ils sont trop chers. » J’ai été choqué par sa demande : ce prof que j’avais eu pendant des années au collège me faisait part de son souhait d’acheter du matériel « tombé du camion ». En même temps, j’ai compati : c’est dur pour tout le monde, même pour un employé de l’éducation nationale.

Si nous continuons dans cette voie, il faudra s’attendre à des bouclages de fin de mois difficiles pour toutes les couches sociales de l’Hexagone. Même pour notre président, ce sera dur. Il aura du mal à faire le plein d’essence pour son yacht. Comme le dit le grand philosophe Idriss K : « Habitants de Babylone, ne vous inquiétez pas, demain est un autre jour. »

Idriss K

Idriss K

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021