C’était peut-être le livre qu’il manquait.  En même temps qu’elle porte un héritage des luttes historique pour les droits des femmes, cette édition réactualisée du livre Our Bodies, Ourselves, publié en 1973 aux États-Unis (et traduit en français en 1977 sous le titre Notre corps, nous-mêmes), s’inscrit dans les enjeux actuels de notre société traversée par un renouveau du mouvement féministe.

Cet ouvrage collectif retrace avec minutie les problématiques multiples auxquelles les femmes sont confrontées tout au long de leur vie (des normes de genre à la sexualité, en passant par le travail salarié et domestique, les violences sexuelles ou le rapport à l’institution médicale). Dans cette quête de vérités, le manuel recoupe plus de quatre cents témoignages de femmes, cis, trans, et personnes non-binaires. Et sans doute que cette rentrée scolaire est une bonne occasion de mettre à disposition ce manuel de santé féministe dans les CDI et de toutes les médiathèques.

Nina Faure et Nathy Fofana, membres du collectif d’autrices ont accepté de revenir sur les détails de ce livre écrit à plusieurs mains.

On a eu l’envie de croiser les vécus de femmes avec d’autres mécanismes de domination et d’oppression (le validisme, le racisme, les origines de classe, l’orientation sexuelle, …)

Qu’est-ce qui change entre la première version de Notre corps-nous mêmes et la présente édition ? La réponse à cette question n’est pas si évidente. Pour Nathy Fofana, il s’agit d’une « réactualisation de la version de 1973, qui répond à la société d’aujourd’hui. Les questions de genre, de race, de classe, les questions LGBTI y sont traitées. » Et Nina Faure ajoute :  » Il n’y avait pas l’axe intersectionnel qu’on a voulu adopter. On n’a pas fait une étude comparative précise mais on a eu l’envie de croiser les vécus de femmes avec d’autres mécanismes de domination et d’oppression (le validisme, le racisme, les origines de classe, l’orientation sexuelle, …). »

Mais pour elle, il faut également se demander ce qui a changé depuis les années 1970 dans la condition sociale des femmes. « Ce qui m’a marquée, c’est qu’il n’y a pas eu tant de choses que ça qui ont changé. Évidemment, il y a eu des progrès au niveau légal (accès à la contraception et à l’IVG, progrès sur la reconnaissance des personnes trans, reconnaissance sociale de l’homosexualité et loi sur le mariage pour tou·te·s).

Face aux offensives de plus en plus réactionnaires, le livre sert à la fois de point d’ancrage historique, afin de ne pas oublier les luttes, et d’outil de défense, parce qu’on ne veut pas régresser.

Mais l’écart entre une égalité de droit et une inégalité de pratiques reste très forte. Les inégalités de pratiques entre les femmes et les hommes persistent (selon Oxfam, le salaire des hommes est en général supérieur de 22% par rapport à celui des femmes) de plus  alors que juridiquement, elles ne devraient pas.  Nathy Fofana ajoute à cela : « Face aux offensives de plus en plus réactionnaires, le livre sert à la fois de point d’ancrage historique, afin de ne pas oublier les luttes, et d’outil de défense, parce qu’on ne veut pas régresser. »

Et sur le rôle de Notre corps, nous-mêmes dans les luttes féministes actuelles, les autrices ont des choses à dire. Si la conclusion de l’ouvrage « On ne détruit pas le patriarcat en écrivant un livre » est peut-être un peu défaitiste, Nina Faure développe : « C’est un livre qui, à sa petite échelle tente de participer au mouvement féministe actuel et à une révolution féministe dont on espère qu’elle va arriver, même si le premier pas serait de dégager le ministre de l’intérieur, par exemple [Gérald Darmanin, visé par une information judiciaire pour des accusations de viol, d’harcèlement sexuel et d’abus de faiblesse]. Il y a des luttes à mener, et on espère que ce livre donnera du courage à des personnes dans ces luttes-là. »

« Mais notre force, souligne Nathy Fofana, c’est d’être une génération connectée. On peut tout apprendre. Les réseaux sociaux, ça a été un facteur de conscientisation chez beaucoup de militant·e·s. Je pense qu’on le voit notamment dans la « génération Adama ».

Les 18-25 on est sûrement plus ancré·e·s, plus conscient·e·s. En réalité, on n’a plus le temps d’être insouciant·e·s.

Notre corps, nous-mêmes, c’est également quatre années de travail collectif (de 2016 à 2020) et de recueil de témoignages « utilisés comme matière première pour comprendre ce qu’on voulait dire ». « Recueillir ces témoignages, ça permettait une plus large inclusivité », note Nathy Fofana.

« On a d’abord mené des groupes de paroles entre nous, au sein du collectif, pour voir ce qu’on avait à dire sur différents sujets, puis on est allées voir des dizaines et des dizaines de femmes cis, de femmes trans, de personnes non-binaires, et on a constitué des groupes de parole, raconte Nina Faure.

« On a essayé de donner de la place à cette parole, à ces témoignages de femmes qui nous racontent comment elles arrivent à s’en sortir : c’est beaucoup d’espoir, beaucoup de stratégie et beaucoup d’intelligence. » Si l’écriture des chapitres a été répartie entre les neuf autrices (dix, au début du projet), la relecture a été conduite par chacune. « La manière dont s’est construite ce livre est éminemment collective » rappellent les deux co-autrices.

Nina Faure précise : « Les groupes de paroles entre membres du collectif ont été très importants. Le collectif a déjà en son sein une grande diversité d’âges, d’origines, d’orientations sexuelles. On voulait voir ce qu’on avait à dire sur des sujets comme l’adolescence, la ménopause, la maternité ou la non-maternité, la peur de vieillir ou l’envie d’autonomie. »

Et Nathy Fofana explicite : « On vit toutes des choses communes, mais il y a des différences. Par exemple, sur les normes de beauté, on ne les vit pas pareil si on est une femme noire ou une femme blanche. »

Ce qui est valable pour les unes, ne l’est pas forcément pour les autres ; sur les solutions apportées dans le monde du travail, c’est pareil.

Un livre qui propose des solutions, qui met à disposition des femmes des outils pour affronter la violence, pour avancer au mieux dans la vie, Notre corps, nous-mêmes, c’est d’abord ça. Un outil, une arme qui permet une résistance individuelle et s’inscrit dans une émancipation collective du système patriarcal.

« Un livre qui a pour but de participer à construire un espace collectif de lutte contre le patriarcat ; qu’on peut prêter à une mère, une sœur, une cousine, une amie aux moments où des questions se posent : un peu comme un couteau suisse qu’on peut avoir dans toutes les situations auxquelles on fait face. », dit Nina Faure.

Et Nathy Fofana de conclure : « Si j’avais eu ce bouquin il y a cinq ans, j’aurais eu une autre vision de moi-même. » Avec l’espoir que les femmes, jeunes ou (beaucoup) moins jeunes puissent trouver dedans des réponses à ces questions, pour construire une nouvelle vision pour notre corps et pour nous-mêmes.

Paru aux éditions Hors d’atteinte en février 2020, l’ouvrage collectif est signé Mathilde Blézat, Naïké Desquesnes, Mounia El Kotni, Nina Faure, Nathy Fofana, Hélène de Gunzbourg, Marie Hermann, Nana Kinski et Yéléna Perret.

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022