Ils étaient la caution jeune de ces Assises internationales du journalisme et de l’information. Ambrine, Claire, Karim et les autres ont assisté à cette cousinade journalistique annuelle pour remettre le prix Stop aux Clichés. Un prix conçu par des jeunes et récompensant des reportages traitant de la jeunesse. Mis en place en 2007 par l’Anacej (Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes), le prix vise, comme son nom l’indique, à tordre le cou aux images d’Épinal véhiculées par les médias sur les jeunes. Une manière de participer au débat public et de faire entendre la voix des cadets. Un moyen aussi de rencontrer « pour de vrai » ceux qui font l’information. « J’ai pu voir des journalistes et discuter avec eux » raconte Ambrine du haut de ses 17 ans. Seul hic à ses yeux : « lors des débats organisés pendant ces assises, j’ai trouvé dommage qu’on n’ait pas eu davantage d’échanges avec des pointures de l’info ou des patrons de rédaction, regrette la lycéenne, ils ont pas mal monopolisé la parole ! »

Comme ce moment de débat sur l’éthique, mercredi 9 novembre, où des jeunes du jury Stop aux Clichés ont gentiment été sommés de ne pas monter sur scène et de ne parler que deux minutes chrono… « On a eu l’impression d’avoir fait tout ça pour rien » affirme Claire. Car ces jeunes jurés et les associatifs qui les ont encadrés ont beaucoup travaillé en amont. Des mois auparavant,  à partir d’une veille de reportages télévisés, radiophoniques, de presse écrite et du web, ils ont réfléchi, débattu, peser les pour et les contre pour choisir les lauréats de ce crû 2011. Au total, pas moins de vingt productions journalistiques sont passées au travers de leurs yeux et leurs oreilles, attentifs au moindre préjugé. « Un sacré travail, précise Marie-Pierre Pernette, chargée de communication à l’Anacej, d’ailleurs, des journalistes présents ici ont été étonnés par les remarques pertinentes des jeunes jurés. »

Des journalistes de tous horizons figurent au palmarès du prix Stop aux Clichés, entre autre Médiapart, Elle, France Inter. En télévision, le prix décerné à Anne-Claire Coudraix est sans nul doute le plus symbolique. Cette journaliste à TF1, sinon la chaine que les jeunes ne portent pas spécialement dans leur cœur, a été distinguée pour son sujet-enquête L’emploi des jeunes à Clichy-sous-Bois diffusé dans le 20 heures, le 27 octobre 2010. Un reportage récompensé pour son regard sans arrogance sur des jeunes de banlieue qui se lèvent tôt pour aller chercher du travail ou étudier. Pour Claire, « TF1 est connue pour ne pas se gêner à faire des amalgames sur les jeunes, on a voulu récompenser le travail d’un journaliste, pas  un groupe ou une marque. »

Hanane Kaddour

Tous les autres articles du live-blogging de Poitiers :

Des journalistes en résidence dans les quartiers

2012, la banlieue dans la campagne présidentielle

85% des journalistes sont heureux

« Les jeunes des banlieue ont leur place dans le journalisme »

Bayrou vs. Demorand : les clashs !

« Tout est plus vif en banlieue »

La radio des enfants

Jean-Luc Mélenchon : journalistes, je vous haime

Demorand : « Les journalistes ne sont pas un modèle pour ce qui est des relations extra-conjuguales »

Vérification des données : aujourd’hui les politiques, demain les journalistes ?

« La presse écrite a un problème avec le lectorat jeune »

Joly-Plenel : le juge et le journaliste, même combat

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022