Ils étaient la caution jeune de ces Assises internationales du journalisme et de l’information. Ambrine, Claire, Karim et les autres ont assisté à cette cousinade journalistique annuelle pour remettre le prix Stop aux Clichés. Un prix conçu par des jeunes et récompensant des reportages traitant de la jeunesse. Mis en place en 2007 par l’Anacej (Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes), le prix vise, comme son nom l’indique, à tordre le cou aux images d’Épinal véhiculées par les médias sur les jeunes. Une manière de participer au débat public et de faire entendre la voix des cadets. Un moyen aussi de rencontrer « pour de vrai » ceux qui font l’information. « J’ai pu voir des journalistes et discuter avec eux » raconte Ambrine du haut de ses 17 ans. Seul hic à ses yeux : « lors des débats organisés pendant ces assises, j’ai trouvé dommage qu’on n’ait pas eu davantage d’échanges avec des pointures de l’info ou des patrons de rédaction, regrette la lycéenne, ils ont pas mal monopolisé la parole ! »

Comme ce moment de débat sur l’éthique, mercredi 9 novembre, où des jeunes du jury Stop aux Clichés ont gentiment été sommés de ne pas monter sur scène et de ne parler que deux minutes chrono… « On a eu l’impression d’avoir fait tout ça pour rien » affirme Claire. Car ces jeunes jurés et les associatifs qui les ont encadrés ont beaucoup travaillé en amont. Des mois auparavant,  à partir d’une veille de reportages télévisés, radiophoniques, de presse écrite et du web, ils ont réfléchi, débattu, peser les pour et les contre pour choisir les lauréats de ce crû 2011. Au total, pas moins de vingt productions journalistiques sont passées au travers de leurs yeux et leurs oreilles, attentifs au moindre préjugé. « Un sacré travail, précise Marie-Pierre Pernette, chargée de communication à l’Anacej, d’ailleurs, des journalistes présents ici ont été étonnés par les remarques pertinentes des jeunes jurés. »

Des journalistes de tous horizons figurent au palmarès du prix Stop aux Clichés, entre autre Médiapart, Elle, France Inter. En télévision, le prix décerné à Anne-Claire Coudraix est sans nul doute le plus symbolique. Cette journaliste à TF1, sinon la chaine que les jeunes ne portent pas spécialement dans leur cœur, a été distinguée pour son sujet-enquête L’emploi des jeunes à Clichy-sous-Bois diffusé dans le 20 heures, le 27 octobre 2010. Un reportage récompensé pour son regard sans arrogance sur des jeunes de banlieue qui se lèvent tôt pour aller chercher du travail ou étudier. Pour Claire, « TF1 est connue pour ne pas se gêner à faire des amalgames sur les jeunes, on a voulu récompenser le travail d’un journaliste, pas  un groupe ou une marque. »

Hanane Kaddour

Tous les autres articles du live-blogging de Poitiers :

Des journalistes en résidence dans les quartiers

2012, la banlieue dans la campagne présidentielle

85% des journalistes sont heureux

« Les jeunes des banlieue ont leur place dans le journalisme »

Bayrou vs. Demorand : les clashs !

« Tout est plus vif en banlieue »

La radio des enfants

Jean-Luc Mélenchon : journalistes, je vous haime

Demorand : « Les journalistes ne sont pas un modèle pour ce qui est des relations extra-conjuguales »

Vérification des données : aujourd’hui les politiques, demain les journalistes ?

« La presse écrite a un problème avec le lectorat jeune »

Joly-Plenel : le juge et le journaliste, même combat

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021