Autour de moi, près de chez toi, des femmes et des hommes se parlent, se comprennent et s’aiment. Ils sont juifs, chrétiens ou musulmans et pourtant, partagent les mêmes sentiments. Ils ont besoin de se croiser, d’être ensemble, de s’engager ensemble… de vivre ensemble. Quand il s’épuise, elle le soutient, l’encourage. Quand elle pleure et s’isole, il la réconforte, la console.

Elle croit, lui est animé par une foi. Ils habitent le même quartier et fréquentent la même université. Ils prennent le temps de se parler, s’arrêtent pour échanger un point de vue, partager des idées. De ces petites discussions naît une grande relation. Et puisqu’ils se rencontrent souvent, ils décident de se voir régulièrement. Mais, pour que leur union soit possible, il doit se convertir. Prendre l’islam pour religion, telle est la condition. Il ne se sent pas prêt, mais il refuse l’idée de l’abandonner.

Il évoque avec elle ses projets, souhaite l’emmener ailleurs, quitter la cité, et lui propose une vie meilleure. Il lui explique qu’il l’aime de tout son cœur, qu’elle est son cœur et que « ce qui compte c’est notre bonheur ». Elle lui dit : « je te le concède ». Au début, elle hésite, puis finalement cède. Elle fuit avec lui et suit cet amour tant idéalisé, pensant que vivre l’amour idéal est aisé. Mais, les blessures se font sentir, se multiplient, s’intensifient.

Elle aimerait tant revoir sa famille. Elle a envie d’embrasser sa mère, d’enlacer son petit frère, de serrer très fort son père. Elle pense (énormément) à ses parents. Ils lui manquent tellement.

Pour être à ses côtés, elle a tout sacrifié. D’abord ses études, ensuite son foyer.Une musulmane et un chrétien peuvent-ils cohabiter, se marier sans être habités par un sentiment de culpabilité ? Il la questionne, elle s’interroge. Est-ce interdit ? Ai-je le droit ?

Elle se souvient des discours de son père, se rappelle les paroles de sa mère, sur la religion, la culture. Toujours pratiquer, ne jamais oublier. Parfois, elle se recueille. Et dans l’intimité, les yeux mouillés, les mains levées vers le ciel, elle invoque et espère. Lui, l’observe, il ne sait que faire. Impuissant, il la regarde. Elle est triste et malheureuse ; il donnerait tout pour la voir sourire, être heureuse.Il tient à elle alors il essaie, l’interpelle mais elle répond par le silence, l’esprit ailleurs, elle pense.

Il l’aime tellement, il l’aime vraiment. Au plus profond de son âme, il le sait. Sa tête le comprend, son cœur le sent. Il s’en veut d’être parti, d’avoir fait ce choix. Il regrette mais ne désespère pas. Que faire ? Par amour pour elle, il entreprend une quête spirituelle. Il veut comprendre, apprendre l’islam. Sa connaissance sur le sujet se limite aux cinq piliers que tout musulman doit respecter, appliquer.

Il pense aussi à l’image négative qui est parfois véhiculée. Mais, intelligent, il sait qu’il ne doit pas déplorer, détester sans avoir au préalable étudié. Se convertir est un choix mais avant de choisir, il doit donc s’instruire. Il a toujours en mémoire les propos de son ami, maître de conférences, qui lui a appris qu’aucun choix ne peut être légitimé par l’ignorance. Alors il lit, étudie, s’instruit. Et, sans contrainte, il se convertit. Aujourd’hui, ils sont mariés et leur complicité durera pour l’éternité. Ce texte est pour ceux qui ont réussi leur vie à deux et tous ceux qui espèrent trouver l’amour près d’eux.

Pour Brahim M. et Yasmina B.

Par Rachid Boumriche

Rachid Boumriche

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022