13h30. J’enfourche mon vélo et je pédale direction Bondy Nord. J’ai rendez-vous à la maison de quartier Daniel Balavoine. Des cours pour apprendre le français y sont organisés trois fois par semaine. J’aimerais pouvoir parler à des femmes immigrées. Le vendredi, il y a un cours de cuisine. Pour de nombreuses femmes musulmanes, ces quelques heures sont l’unique occasion de quitter leur foyer et de rencontrer d’autres femmes. Si leur mari le leur permet, évidement. Tous les hommes ne sont pas d’accord. A mon arrivée à Bondy, jeudi après-midi, Serge et moi nous étions déjà rendus ici. Je m’étais présentée à deux groupes de femmes immigrées. Acceptaient-elles de me parler? « Il faut que je demande à mon mari » était la réponse standard.

Animatrice depuis 15 ans à la maison de quartier, Fatima connaît bien la situation de ces femmes qui viennent à ses cours de cuisine et de couture. « On est encore un peu au Moyen Age! Pour elles, après Dieu, il y a leur mari. Elles ne le disent pas ainsi, mais cela se sent. » Elle me parle de la fête organisée ici, après le Ramadan. « Je connais une toute jeune femme que son mari n’a pas laissé venir. »

Dans ce centre, on enseigne aussi à prendre le bus, le métro. « Ces femmes vivent dans le cercle fermé de leur famille, ne parlent qu’en arabe. Certaines sont très épanouies, d’autres moins. Mais elles ne se plaignent pas, c’est leur culture, elles acceptent leur situation ». Soraya, une autre animatrice, est venue se joindre à la conversation: « Ces femmes savent que le savoir c’est l’indépendance. Très peu d’entre elles ont été à l’école dans leur pays. ».

Retour au cours de cuisine. Les femmes sont en train de consulter des livres pour établir un menu pour la prochaine séance. Le thé est servi, il y a de délicieux petits gâteaux sur une assiette. Fatima demande aux unes et aux autres d’évoquer leur situation « pour la journaliste suisse ».

Par Sabine Pirolt

Sabine Pirolt

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022