13h30. J’enfourche mon vélo et je pédale direction Bondy Nord. J’ai rendez-vous à la maison de quartier Daniel Balavoine. Des cours pour apprendre le français y sont organisés trois fois par semaine. J’aimerais pouvoir parler à des femmes immigrées. Le vendredi, il y a un cours de cuisine. Pour de nombreuses femmes musulmanes, ces quelques heures sont l’unique occasion de quitter leur foyer et de rencontrer d’autres femmes. Si leur mari le leur permet, évidement. Tous les hommes ne sont pas d’accord. A mon arrivée à Bondy, jeudi après-midi, Serge et moi nous étions déjà rendus ici. Je m’étais présentée à deux groupes de femmes immigrées. Acceptaient-elles de me parler? « Il faut que je demande à mon mari » était la réponse standard.

Animatrice depuis 15 ans à la maison de quartier, Fatima connaît bien la situation de ces femmes qui viennent à ses cours de cuisine et de couture. « On est encore un peu au Moyen Age! Pour elles, après Dieu, il y a leur mari. Elles ne le disent pas ainsi, mais cela se sent. » Elle me parle de la fête organisée ici, après le Ramadan. « Je connais une toute jeune femme que son mari n’a pas laissé venir. »

Dans ce centre, on enseigne aussi à prendre le bus, le métro. « Ces femmes vivent dans le cercle fermé de leur famille, ne parlent qu’en arabe. Certaines sont très épanouies, d’autres moins. Mais elles ne se plaignent pas, c’est leur culture, elles acceptent leur situation ». Soraya, une autre animatrice, est venue se joindre à la conversation: « Ces femmes savent que le savoir c’est l’indépendance. Très peu d’entre elles ont été à l’école dans leur pays. ».

Retour au cours de cuisine. Les femmes sont en train de consulter des livres pour établir un menu pour la prochaine séance. Le thé est servi, il y a de délicieux petits gâteaux sur une assiette. Fatima demande aux unes et aux autres d’évoquer leur situation « pour la journaliste suisse ».

Par Sabine Pirolt

Sabine Pirolt

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021