J’avais dit: trois mois… Le temps de nous immerger et de tenter de comprendre ce qui a provoqué les émeutes. Plus tard, nous avons formulé le paradoxe apparent qui sous-tend notre plongée en banlieue parisienne: il se passera vraiment quelque chose quand il ne se passera plus rien, c’est-à-dire une fois que les incendies de voitures auront cessé.

Dans mon for intérieur, je me posais la question: allait-on trouver à Bondy, sur la durée, assez d’histoires intéressantes à raconter, les lecteurs n’allaient-ils pas se lasser

Le succès a dépassé tout ce que nous avions imaginé.

Il y aurait encore, pour les rédacteurs de L’Hebdo, mille rencontres à faire pour reconstituer, au fil du blog, le puzzle mouvant de Bondy, mille interviews passionnantes, mille sujets de « posts ». Mais est-ce à nous de les écrire? Depuis plusieurs semaines, nous réfléchissons avec les amis qui nous ont servi de guides à la meilleure manière de passer le témoin. Je crois que nous avons trouvé la solution.

Par Alain Jeannet

Alain Jeannet

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022