Il faut rentrer chez les gens pour mieux sortir du « fantasme » dans le lequel on enferme les banlieues ! Les quartiers populaires sont perçus comme un tout uniforme, homogène. Le photographe Frédéric Achdou, ancien architecte, casse les clichés. Il travaille sur cette question de l’image, mais aussi de la mémoire des habitants,  pour restaurer à la fois l’estime de soi et la fierté de vivre dans son quartier.

C’est un exercice difficile qui exige la construction d’une relation de confiance et des subtilités d’approche. L’image, renvoyée par les médias et entretenue dans les discours, ne correspond pas à ce que bon nombre d’habitants vivent et ressentent de l’intérieur. Pour la majorité, leur image ou celle de leur quartier ne correspond pas à la réalité. Depuis quelques années, les médias occupent une position centrale dans l’espace public et formatent les opinions. Ce sont les journalistes, les hommes politiques et les sociologues qui occupent ce terrain, pour tenter de dire ce que sont ces quartiers. Les habitants se sentent mis à l’écart, loin du tempo médiatique. On parle d’eux sans cesse, ils sont absent des débats. Le travail de Frédéric Achdou permet aux habitants de mettre en valeur leur image, de produire une vision de « l’intérieur ». C’est le début d’une reconnaissance de soi, pour aller vers l’autre. Cette exposition, inaugurée dans le cadre des journées d’échanges de la rénovation urbaine, est un bol d’oxygène dans une atmosphère politique contemporaine saturée par des pics de pollution populiste.

Nordine Nabili

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021