Aujourd’hui, ce n’était pas comme d’habitude. D’habitude, un lundi, la place de la République à Paris est vide, ou presque. Quelques jeunes font du skateboard, d’autres discutent assis sous un arbre. Mais ce lundi, en sortant de la bouche de métro qui donne au centre de la place, je ne sais plus où regarder. Des caméras, des flashs, des micros et surtout… énormément de monde.
20151116_155828
L’odeur des milliers de bougies en train de brûler envahit mes narines, je n’entends presque plus le brouhaha causé par la circulation et les sirènes de police mobilisée dans toute la région. La place est noire de monde, tous venus se recueillir aux pieds de la statue. Le sol est recouvert de mots, de dessins à la craie. La tristesse se lit sur chaque visage, certains semblent épuisés après plusieurs nuits blanches. D’autres ont les yeux rougis par les larmes versées après la perte de 129 personnes.
Au cœur de Paris, le temps semble s’être arrêté de tourner. On est là, pour les morts et les blessés, et pour espérer que cela va s’arrêter. Abdel, parisien venu déposer une rose et un petit mot au milieu des milliers de fleurs et bougies qui s’accumulent au sol, espère que ces actes n’arriveront plus : « Je suis venu soutenir les victimes. Je ne veux pas que cela recommence et surtout je ne veux pas que l’amalgame soit fait. Ces “satans”, ces monstres, ne sont pas musulmans. Il faut faire la différence entre eux et nous. Et pour eux, nous ne sommes même pas musulmans, pour eux nous sommes des mécréants, nous les musulmans de France. »
Des prières chrétienne et bouddhiste
20151116_164556
Anaïs, venue avec deux amies, n’a pu s’empêcher de venir se recueillir : « Je ne pouvais pas rester chez moi sans venir ici, en hommage aux gens tués. Il faut que l’on soit tous ensemble, soudés. » L’union, c’est ce qui est visible aujourd’hui. Un groupe de touristes américains commence à prier, une prière chrétienne. Un, deux puis vingt personnes s’ajoutent à ce rassemblement spirituel qui appelle à l’unité, au pardon, au souvenir et à la paix. De l’autre côté de la place, des moines bouddhistes en tenue orange entament une prière. La foule les entoure, sans rien comprendre, ils sont tous là, ensemble. L’encens est ensuite allumé, d’autres bougies brillent.
Il fait presque nuit. Le monde est encore plus grand. Sortis des cours ou du travail, les Français veulent se rejoindre. Malgré l’interdiction de se rassembler, l’envie de trouver du réconfort auprès des autres, de trouver une épaule sur laquelle pleurer ou au contraire de trouver quelqu’un pour discuter et pourquoi pas rire est plus forte que tout. Tout le monde à peur qu’une autre attaque vienne frapper la capitale et la Seine-Saint-Denis. Tout le monde est sous le choc et ne réalise pas encore ce qu’a subit notre pays. Mais une chose est sûre dans la tête de la plupart des gens présents place de la République : il faut rester debout et faire hommage aux innocents qui nous ont quitté.
Inès El Laboudy

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021