Les morts ne parlent plus, leur descendance, oui. La famille d’Aimé Césaire ne veut pas que le nom de son illustre aïeul, décédé le 17 avril dernier, soit associé à une cérémonie récompensant des artistes afro-caribéens. A Fort-de-France, où le poète repose en héros national, des voix se sont élevées pour empêcher la tenue des prochains « Césaire », le 23 septembre en principe, au théâtre du Châtelet, propriété de la mairie de Paris. Des parents du défunt, ainsi que le maire du chef-lieu martiniquais, Serge Letchimy, ont fait savoir qu’ils désapprouvaient l’intitulé de la manifestation, qui gagne cette année des galons et plus d’argent, grâce à l’entrée en lice, non sans arrière-pensées politiques (le « vote noir » en 2012), de la mairie de Paris et de son chef Bertrand Delanoë parmi les organisateurs. La municipalité sort 100 000 euros de sa poche. 

Les descendants d’Aimé Césaire estiment un peu « cheap » de donner le nom du poète à une manifestation sans doute trop show-biz à leur goût. Il semblerait par ailleurs qu’ils aient souhaité avoir un certain contrôle sur le déroulement et les finances de l’événement.

Pour éviter tout conflit, le fondateur des « Césaire », Frank Anretar, préfère renoncer à sa marque de fabrique, quand bien même deux éditions de l’événement, sous ce nom-là et avec l’accord d’Aimé Césaire, ont déjà eu lieu, en 2006 et 2007. Le comité d’organisation s’est résolu à changer l’intitulé de l’événement. Ce sera : « Les Trophées de la négritude », concept cher à Césaire et Senghor. Ils récompenseront des chanteurs, musiciens, écrivains et cinéastes, d’Afrique francophone et des Antilles. La mairie de Paris, condition à sa participation financière, a fait adopter une charte contre l’homophobie, l’antisémitisme, le racisme et le sexisme, un chanteur antillais récompensé en 2007 ayant écrit une chanson contenant des paroles dirigées contre les homosexuels.

Le CRAN (Conseil représentatif des associations noires) fait également son entrée dans le comité d’organisation des « Trophées de la négritude » (désormais ex-« Césaire ») en la personne de Louis-Georges Tin, son porte-parole. Ce dernier, co-auteur du  « Dictionnaire de l’homophobie » et fondateur de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, est un proche de Bertand Delanoë.

La disparition d’Aimé Césaire a réveillé les consciences et déclenché des vocations.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021