Les morts ne parlent plus, leur descendance, oui. La famille d’Aimé Césaire ne veut pas que le nom de son illustre aïeul, décédé le 17 avril dernier, soit associé à une cérémonie récompensant des artistes afro-caribéens. A Fort-de-France, où le poète repose en héros national, des voix se sont élevées pour empêcher la tenue des prochains « Césaire », le 23 septembre en principe, au théâtre du Châtelet, propriété de la mairie de Paris. Des parents du défunt, ainsi que le maire du chef-lieu martiniquais, Serge Letchimy, ont fait savoir qu’ils désapprouvaient l’intitulé de la manifestation, qui gagne cette année des galons et plus d’argent, grâce à l’entrée en lice, non sans arrière-pensées politiques (le « vote noir » en 2012), de la mairie de Paris et de son chef Bertrand Delanoë parmi les organisateurs. La municipalité sort 100 000 euros de sa poche. 

Les descendants d’Aimé Césaire estiment un peu « cheap » de donner le nom du poète à une manifestation sans doute trop show-biz à leur goût. Il semblerait par ailleurs qu’ils aient souhaité avoir un certain contrôle sur le déroulement et les finances de l’événement.

Pour éviter tout conflit, le fondateur des « Césaire », Frank Anretar, préfère renoncer à sa marque de fabrique, quand bien même deux éditions de l’événement, sous ce nom-là et avec l’accord d’Aimé Césaire, ont déjà eu lieu, en 2006 et 2007. Le comité d’organisation s’est résolu à changer l’intitulé de l’événement. Ce sera : « Les Trophées de la négritude », concept cher à Césaire et Senghor. Ils récompenseront des chanteurs, musiciens, écrivains et cinéastes, d’Afrique francophone et des Antilles. La mairie de Paris, condition à sa participation financière, a fait adopter une charte contre l’homophobie, l’antisémitisme, le racisme et le sexisme, un chanteur antillais récompensé en 2007 ayant écrit une chanson contenant des paroles dirigées contre les homosexuels.

Le CRAN (Conseil représentatif des associations noires) fait également son entrée dans le comité d’organisation des « Trophées de la négritude » (désormais ex-« Césaire ») en la personne de Louis-Georges Tin, son porte-parole. Ce dernier, co-auteur du  « Dictionnaire de l’homophobie » et fondateur de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, est un proche de Bertand Delanoë.

La disparition d’Aimé Césaire a réveillé les consciences et déclenché des vocations.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021