Mercredi après-midi à Clichy-sous-Bois (93), loin de la Cour d’appel de Paris où un non-lieu contre les deux policiers poursuivis pour non-assistance à personnes en danger a été prononcé le même jour, une journée « jobs d’été » était organisée. La saison estivale approchant à grands pas, la  Maison de la jeunesse a décidé de donner un coup de main aux jeunes de la ville. McDonald’s, la RATP, l’Armée et bien d’autres ont répondu présents tout comme les jeunes Clichois et Clichoises venus y assister, certains en baskets-casquettes ou robes alors que d’autres ont opté pour un style plus strict, des garçons portant le costard.

Tout se déroule bien. Mais la nouvelle du non-lieu trotte dans certaines têtes. Mariam Cissé, l’une des porte-paroles des familles des deux jeunes morts électrocutés en 2005, Zyed et Bouna, est présente à ce rendez-vous « jobs d’été », « pendant que les autres sont à Paris », avec les avocats qui réclament le jugement des policiers impliqués selon eux dans la mort  des deux adolescents. « Les premiers concernés sont les parents. Relancer encore des procédures c’est long, cela fait plus de cinq ans maintenant. On retarde encore le deuil… »

Plus tôt dans l’après midi, l’avocat des familles, Jean-Pierre Mignard, avait déclaré à France Inter : « Nous avons en France un parquet politique, qui n’est pas indépendant, pas impartial. » Mariam Cissé a le même sentiment. Pour elle, la décision du non-lieu n’est pas anodine : « Indépendante je ne pense pas…  Depuis ce drame, moi, la justice, j’y crois plus trop. On ne s’attendait pas à cela, à un délai aussi long. Si les accusés avait été sur le banc de la partie civile tout aurait été différent. »

« Des enfants rentrent dans un transformateur, t’es flic, tu passes un coup de fil à EDF pour couper le courant ! C’est pourtant simple ! Le non-lieu rendu est un message négatif envoyé aux populations des quartiers populaires et dangereux concernant les violences commises par les policiers : vous pouvez continuer ! », s’indigne Faycal, la quarantaine, travailleur en centre social. Pour autant il ne se laisse pas abattre : « Qu’est-ce qu’on va laisser à nos enfants ? La justice a été aveugle aujourd’hui. Alors non je n’abandonnerai pas et il y a encore énormément de combats à mener dont l’emploi. » D’où la journée « emplois » d’hier, prévue de longue date.

S’agissant du dialogue de la population clichoise avec les policiers, « il n’y a pas eu de changements. On en croise tous les jours depuis l’installation du nouveau commissariat », dit Mariam. Selon elle, aucun syndicat n’a essayé d’aller vers les familles ou le collectif de soutien à celles-ci pour échanger et briser la glace.

Aladine Zaäane

Articles liés

  • Nouveau code pénal de la justice des mineurs : une réforme en trompe l’oeil

    Le nouveau code pénal de la justice des mineurs confond-t-il vitesse et précipitation ? Entrée en vigueur depuis le 30 septembre dernier, la réforme compte rendre plus efficace la prise en charge des mineurs par la justice sans pour autant s'accompagner une hausse conséquente des moyens pour les services de protection judiciaire de la jeunesse. Décryptage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/10/2021
  • 30 ans de prison pour celui qui a tué Johanna Lazzari

    Depuis le 13 septembre 2021, la cour d'assises de l'Essonne (91) examinait le recours de Jérôme C., sourd, condamné pour le meurtre de Johanna Lazzari, malentendante, en 2016. Issue de la communauté sourde et signante, la famille de la victime a poursuivi un long travail de mémoire pour faire reconnaître Johanna comme une victime des violences conjugales. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/09/2021
  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021