Bondy Blog : Comment ont réagi les chauffeurs de bus après l’attaque du bus 302 samedi dernier ?

Ulysse Champion : Nous ne sous sentons pas en sécurité. Nous ne pouvons pas travailler dans ces conditions. J’ai reçu des SMS de collègues qui disent être très inquiets, certains souhaitent changer de secteur. Les conducteurs de bus sont tout le temps seuls, ils traversent des zones sensibles seuls, sans aucune protection. Nous avons peur d’y aller le soir. Aujourd’hui, nous sommes les seuls agents du service public à être présents tous les jours 24 heures sur 24 dans ces territoires. Même la police ne s’y rend plus ou très occasionnellement. Aux yeux de ceux qui nous attaquent, nous représentons l’État, nous sommes un symbole de l’État. Nous traversons certaines cités où il y a des trafics illicites alors cela dérange. C’est une manière de dire : « Vous nous faites chier à traverser nos quartiers, alors on vous fait chier aussi ».

Bondy Blog : Êtes-vous soutenus par votre direction ?

Ulysse Champion : Non, nous ne sommes pas soutenus par la direction. Elle a fait le choix de dévier les lignes de bus et de raccourcir le trajet de certaines d’entre elles. Ça n’est pas suffisant et c’est loin de résoudre nos problématiques puisque l’une des lignes, par exemple, s’arrête à même pas 300 mètres de l’endroit où a eu lieu l’attaque du 302 samedi dernier. Les conducteurs me disent qu’ils ne comprennent pas pourquoi leurs demandes ne sont pas prises en considération. Il n’y a pas de soutien pour nous accompagner le soir alors que le danger existe. Le climat se détériore. Dans ce même secteur, nous avons comptabilisé 4 tentatives d’attaque depuis le mois de juillet, deux ont abouti : le bus incendié non loin des 4 000, dans le quartier du Franc Moisin, à Saint-Denis et l’agression de samedi 22 octobre. Concernant cette dernière attaque, ce qui s’est passé est gravissime.

Bondy Blog : Que réclamez-vous pour pouvoir exercer votre travail dans de bonnes conditions ?

Ulysse Champion : Nous demandons à être protégés : il faut davantage de moyens humains pour sécuriser les lignes. Il n’y a pas de missions de sécurité en permanence mais juste temporaires. La direction ne nous propose que des bribes de sécurité alors que la situation est très grave. Pour le moment, il n’y a pas encore eu de blessés. Mais jusqu’à quand ? Il faudrait qu’il y ait un mort pour que les politiques et la RATP agissent et prennent leurs responsabilités. Nous sommes situés en Seine-Saint-Denis, en zones prioritaires, pourtant nous ne bénéficions pas de moyens suffisants pour être protégés.

Propos recueillis par Leïla KHOUIEL

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022