Kery James, Ärsenik ou encore Medine se réuniront à la Cigale de Paris, jeudi 2 février, pour saluer la mémoire d’Adama Traoré, jeune homme décédé en juillet dans les locaux de la gendarmerie de Persan (Val-d’Oise). Le comité « Vérité pour Adama » a organisé une conférence de presse ce lundi dans un café parisien. Les artistes Dosseh, Youssoupha et Mac Tyer, étaient présents aux côtés d’Assa et Youssouf Traoré, soeur et frère d’Adama. 

Le concert affiche complet depuis plusieurs jours. Le comité « Vérité pour Adama » organise une grande soirée de soutien à la famille, ce jeudi à la Cigale à Paris. L’affiche rassemble des noms d’artistes parmi les plus éminents de la scène rap et hip-hop française : Youssoupha, Mac Tyer, Kery James, Médine, Sofiane, Ärsenik ou encore Dosseh. Mais aussi quelques artistes de Beaumont-Sur-Oise qui ont dédié plusieurs morceaux à Adama. Ce n’est pas la première fois que des figures du genre soutiennent la cause. C’est le rappeur Youssoupha, membre actif du comité, qui est à l’origine de cet événement. « On s’est rapidement demandé ce que l’on pouvait faire en tant qu’artistes, rapporte le rappeur. Nous avions pensé à un titre mais l’idée d’un concert nous a paru plus fédérateur. Il fallait que le concert parte de la banlieue parce que si on n’en parle pas, personne ne le fera, on doit être le relais ».

« J’ai immédiatement répondu à l’invitation, je n’ai pas hésité. C’est une affaire qui me touchait parce qu’il était question de bavure policière », explique Dosseh. L’histoire d’Adama Traoré rappelle à Mac Tyer le sort de son petit frère « mort dans des conditions bizarres ». Ce dernier est décédé à la suite d’une opération à la hernie abdominale dans des circonstances qui ne sont à ce jour toujours pas établies. « Le combat de la famille Traoré peut inspirer les familles qui vivent la même chose. Ça peut motiver », explique Mac Tyer.

« Cette mobilisation nous touche beaucoup »

Youssoupha se félicite que toutes les places se soient vendues « en moins de quinze jours ». Preuve que la mobilisation se poursuit. « Cette mobilisation nous touche beaucoup », affirme Assa Traoré. Les fonds ainsi récoltés serviront en grande partie à payer les frais de justice qui, comme le rappelle Assa Traoré, « sont extrêmement coûteux à cause de la durée de la procédure ».

« Ce concert c’est aussi dire que la mobilisation continue », assure Assa. La promotion autour de ce concert a été assez minimaliste, rappelle Youssoupha. puisqu’une simple affiche « Justice Pour Adama » avec le nom des rappeurs mobilisés et la date du concert a été mise en ligne sur les réseaux sociaux il y a deux semaines. Quelques jours plus tard, Youssoupha mettait en ligne sur Facebook la vidéo « Qui est Adama Traoré ?« , dans laquelle des amis du jeune homme le décrivent et racontent quelques anecdotes à son sujet. Cette vidéo a déjà été visionnée et partagée des milliers de fois.

Au cours de la conférence de presse ont également été évoquées les situations de Bagui et Youssouf Traoré, deux frères d’Adama Traoré. Le premier, condamné à huit mois de prison ferme en décembre dernier, attend son jugement en appel en mars prochain. Le second, qui avait perdu son travail suite à son incarcération, est toujours au chômage et à la recherche d’un nouvel emploi.  A la fin de cette conférence, chaque artiste a exprimé la volonté que cette mobilisation autour de la famille Traoré puisse servir d’exemple à ceux qui ont perdu ou perdront un proche des suites d’une bavure policière.

Félix MUBENGA

Articles liés

  • Nouveau code pénal de la justice des mineurs : une réforme en trompe l’oeil

    Le nouveau code pénal de la justice des mineurs confond-t-il vitesse et précipitation ? Entrée en vigueur depuis le 30 septembre dernier, la réforme compte rendre plus efficace la prise en charge des mineurs par la justice sans pour autant s'accompagner une hausse conséquente des moyens pour les services de protection judiciaire de la jeunesse. Décryptage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/10/2021
  • 30 ans de prison pour celui qui a tué Johanna Lazzari

    Depuis le 13 septembre 2021, la cour d'assises de l'Essonne (91) examinait le recours de Jérôme C., sourd, condamné pour le meurtre de Johanna Lazzari, malentendante, en 2016. Issue de la communauté sourde et signante, la famille de la victime a poursuivi un long travail de mémoire pour faire reconnaître Johanna comme une victime des violences conjugales. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/09/2021
  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021