C’aurait pu être un beau cadeau pour la lutte contre le contrôle au faciès, mais la veille de Noël, le Conseil d’Etat a rejeté la question prioritaire de constitutionnalité visant à faire reconnaître l’inconstitutionnalité de l’article 78-2 du Code de Procédure Pénale. Zoom.

L’article 78-2 relatif aux règles qui entourent le contrôle d’identité article dispose, entre autres, que les officiers de police judiciaire peuvent inviter toute personne à justifier de son identité s’il existe des « raisons plausibles de soupçonner :
– Qu’elle a commis ou tenté de commettre une infraction ;
– Ou qu’elle se prépare à commettre un crime ou un délit ;
– Ou qu’elle est susceptible de fournir des renseignements utiles à l’enquête en cas de crime ou de délit ;
– Ou qu’elle fait l’objet de recherches ordonnées par une autorité judiciaire »

Si le Conseil d’Etat a refusé de transmettre cet article au Conseil Constitutionnel, c’est que pour lui, plusieurs conditions n’étaient pas remplies. Conformément à la Constitution, la question posée doit porter sur une disposition législative applicable au litige, ne pas avoir été déjà tranchée par le Conseil Constitutionnel et être nouvelle ou présenter un caractère sérieux.

Pour les requérants, un contrôle de constitutionnalité doit être fait de cet article en ce qu’il manque de précision et accorde dès lors une grande marge d’appréciation aux forces de police. De plus, lorsqu’il n’est pas suivi d’une procédure pénale ou administrative, le contrôle ne donne lieu à aucune formalisation. Ne laissant aucune trace, il ne peut être contesté, ce qui, pour les requérants, porte atteinte au droit au recours effectif.

Ce passage devant le Conseil d’Etat ne représente pas la première étape de la lutte contre le contrôle au faciès. En effet, en octobre dernier, les treize requérants avaient déjà été déboutés par le tribunal de grande instance de Paris ayant porté plainte contre l’Etat pour contrôle au faciès. Le tribunal ayant estimé que les requérants n’avaient pas apporté la preuve du caractère discriminatoire des contrôles.

Pour autant, on ne peut nier de manière absolue que les contrôles au faciès n’existent pas, de nombreux avis et rapports appelant les officier de police à davantage de prudence ont été rendus par la Commission nationale de déontologie de la sécurité. Une étude du CNRS met en lumière le ciblage des Noirs ou des Maghrébins qui ont respectivement six et huit fois plus de « chances » d’être contrôlés que des Blancs. De plus, l’Etat n’avait pas réussi à obtenir la condamnation pour diffamation du juge Clément Schouler qui dans son ouvrage « Vos papiers ! Que faire face à la police ? » écrivait « les contrôles au faciès, bien que prohibés par la loi, sont non seulement monnaie courante mais se multiplient ».

Un contrôle de constitutionnalité aurait surement pu mettre fin à cette situation car en cas d’inconstitutionnalité, le législateur n’aurait eu d’autre choix que de réécrire dans des termes plus précis l’article 78-2. Si le Conseil d’Etat ne l’a pas permis, les requérants ont décidé de poursuivre leur combat devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme afin de faire reconnaître par cette dernière, la non-conformité de cet article à la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

Les requérants sont donc déterminés à mettre fin à ces contrôles qui selon l’un d’entre eux, Issa Coulibaly, sont « discriminatoires et abusifs altèrent la perception qu’ont les jeunes de l’autorité. La confiance est détruite et c’est la méfiance qui s’installe ».

Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • Nouveau code pénal de la justice des mineurs : une réforme en trompe l’oeil

    Le nouveau code pénal de la justice des mineurs confond-t-il vitesse et précipitation ? Entrée en vigueur depuis le 30 septembre dernier, la réforme compte rendre plus efficace la prise en charge des mineurs par la justice sans pour autant s'accompagner une hausse conséquente des moyens pour les services de protection judiciaire de la jeunesse. Décryptage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/10/2021
  • 30 ans de prison pour celui qui a tué Johanna Lazzari

    Depuis le 13 septembre 2021, la cour d'assises de l'Essonne (91) examinait le recours de Jérôme C., sourd, condamné pour le meurtre de Johanna Lazzari, malentendante, en 2016. Issue de la communauté sourde et signante, la famille de la victime a poursuivi un long travail de mémoire pour faire reconnaître Johanna comme une victime des violences conjugales. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/09/2021
  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021