Lamine Dieng, un jeune homme noir de 25 ans du XXe arrondissement de Paris, serait mort d’un arrêt cardiaque dans un fourgon de la police, dans la nuit du 16 au 17 juin. Il avait été interpellé dans un hôtel peu auparavant, suite à une plainte pour tapage nocturne. Trente-six heures auront été nécessaires pour prévenir la famille du décès. Les forces de l’ordre soutiennent que c’est le temps qu’il a fallu pour identifier le corps, tout en ajoutant que la victime était bien connue de leurs services. L’acte de décès a été déclaré une demi-journée avant d’avertir la famille, qui n’a pu voir la dépouille qu’au lendemain de cette annonce. Enfin, pas toute la dépouille, seulement la tête, à travers une vitre. L’Inspection générale des services a indiqué aux proches qu’une autopsie avait déjà été pratiquée et qu’aucune trace de suffocations n’avait été trouvée, ce qui, selon l’IGS, accréditerait l’origine naturelle de la mort. La famille n’a pas eu plus de précisions. Beaucoup d’ombres demeurent dans cette affaire, et malgré les demandes d’éclaircissement et de contre-expertise de la famille et du quartier, c’est seulement mercredi 11 juillet, soit 25 jours après le décès de Lamine, qu’un juge vient d’être désigné pour enquêter sur toute l’histoire. Quand on jette un caillou, on est jugé le lendemain, mais lorsqu’il y a un mort dans un fourgon de police, la justice est nettement moins pressée d’agir.

Chou Sin, Essi Gnaglom

Dans l’audio ci-après, Ramata Dieng, l’une des sœurs de Lamine, livre une version détaillée des faits portés à sa connaissance. Elle doute fortement de l’origine naturelle de la mort de son frère. Ramata_dieng_raconte.mp3
 

Chou Sin

Articles liés

  • Nouveau code pénal de la justice des mineurs : une réforme en trompe l’oeil

    Le nouveau code pénal de la justice des mineurs confond-t-il vitesse et précipitation ? Entrée en vigueur depuis le 30 septembre dernier, la réforme compte rendre plus efficace la prise en charge des mineurs par la justice sans pour autant s'accompagner une hausse conséquente des moyens pour les services de protection judiciaire de la jeunesse. Décryptage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/10/2021
  • 30 ans de prison pour celui qui a tué Johanna Lazzari

    Depuis le 13 septembre 2021, la cour d'assises de l'Essonne (91) examinait le recours de Jérôme C., sourd, condamné pour le meurtre de Johanna Lazzari, malentendante, en 2016. Issue de la communauté sourde et signante, la famille de la victime a poursuivi un long travail de mémoire pour faire reconnaître Johanna comme une victime des violences conjugales. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/09/2021
  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021