Pour lancer sa campagne de recrutement 2007/2008, la gendarmerie nationale a opté pour les dernières techniques de communication pour diffuser son message. Conférence de presse à la maison de la Radio, n° de téléphone indigo, candidature par SMS, site Internet, une affiche avec de jeunes gendarmes à la chevelure argentée et au regard bleu océan, des camions partout. Tout pour vous faire aimer l’un de ses corps de métier, pour vous donner une envie intense d’embrasser une carrière hors normes, sans oublier l’appel du pied en direction des jeunes des cités.

Le général Giordis balaie d’un revers de la main le risque de voir toute cette opération de communication à grande échelle se morfondre dans l’ombre de la coupe du monde de rugby : « Les valeurs que nous portons sont similaires à celles du rugby : force morale, esprit d’équipe, goût du contact. » L’autre argument de choc réside dans le fait que cette institution est un acteur majeur du marché de l’emploi en France. Par les temps qui courent, 13 000 emplois, ça fait rêver mon général ? « Nous avons une image positive dans l’opinion, une expérience chez nous donne des ouvertures professionnelles par la suite. » Caroline, la jeune femme qui pose sur les affiches de la campagne de recrutement, présente à cette conférence de presse, argumente dans ce sens : « Pour faire un bon gendarme, je pense qu’il faut être très disponible, avoir le sens des relations humaines et écouter les gens. Le travail du gendarme féminin ne diffère pas du gendarme masculin, j’espère plus tard commander une brigade ou intégrer une unité de recherches. » Dans un coin de la salle de presse, je bloque le colonel Bonnaud contre un mur pour lui poser quelques questions sur l’égalité des chances et sur les quartiers sensibles. Il commence comme dans tout interrogatoire par décliner son identité :

Colonel Bonnaud. 1’33. colonel_1.mp3
 

Donc, si j’ai bien compris, la gendarmerie nationale réoriente ses missions en direction des zones urbaines et par la même occasion espère séduire une population qui pour le moment lui tourne le dos. Autrement dit, les quartiers populaires sont un vivier dans lequel il faut aller puiser la prochaine gendarmette qui posera sur les affiches. Un petit tour dans cette même salle de presse, et voilà que je tombe nez à nez avec Saâdia Makboul, 27 ans, maréchal des logis. Comme son colonel, elle n’échappe pas au mur et elle décline son identité sans forcer :

Mdl Saadia Makboul. 1’20. mdlo_1.mp3
 

« Gendarme, pourquoi pas vous ? », c’est le slogan de cette campagne de recrutement. Elle se décline sous plusieurs supports, notamment par affichage mobile dans 72 villes. Des camions sérigraphiés reprennent le visuel et stationnent dans des points stratégiques pour faire passer l’info aux jeunes. Et pour la campagne 2008/2009 ? Ce sera peut-être Corinne Touzet qui fera le tour des banlieues au volant de la méhari de Cruchot pour faire passer le message… .

Nordine Nabili

Nordine Nabili

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021