Lorsque tu as la gorge serrée, les mots ne passent pas. Alors, c’est par les yeux qu’ils sortent en larmes. C’est comme ça la tristesse, forte et intense, impossible de l’anticiper. Inutile de la camoufler ou de l’expliquer. C’est le corps qui parle, il prend les commandes, ni le cerveau ni le cœur ne lui résistent. La tristesse, c’est dans les regards que tu la débusques. Parce que les mots se réfugient dans ta vision du monde. Ils trouvent asile dans ton regard.
Celui avec lequel tu décryptes ton univers proche ou la galaxie toute entière. Et pour te sortir de cet enclos, tu cherches les mots pour, malgré tout, comprendre tes sentiments. Comment résister à la tentation de révolte, à la sensation d’oppression, aux lames de l’indifférence, à la souffrance inouïe des proches, à la sécheresse des commentaires, aux forces du ressentiment. Il y a un mot en arabe pour expliquer cet état : la HOGRA. C’est un sentiment diffus entre l’injustice et l’oppression.
Un mot prononcé, notamment par les jeunes, dans les pays arabes. Un SOS universel, un constat, un cri, un refuge. C’est ce mot qui m’est venu à l’esprit lorsque j’ai appris la relaxe dans le procès de Zyed et Bouna. C’est terrible cette déshumanisation des habitants des quartiers, ce chaos imperceptible par nos politiques, cette injustice acceptée, ce séparatisme mortifère et ces commentaires abjects de la part de quelques élus souffleurs sur les braises pour faire bouillir leur marmite de haine. La hogra, c’est aussi un sentiment de trahison qui prend sa source dans les mensonges et les renoncements des politiques. À leur surdité face aux cris stridents de la douleur et de la demande de justice. Ce 18 mai, la république a fait l’école buissonnière et j’ai un goût amer dans la bouche.
Nordine Nabili

Articles liés

  • Homicides policiers : « On est sur une année particulièrement problématique »

    En moins de 24 heures, deux personnes sont mortes sous les balles de la police. Pour Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS, l’augmentation du nombre d’homicides policiers ne peut s’expliquer par la simple hausse des refus d’obtempérer, contrairement à ce qu'affirment les syndicats de policiers. Interview.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 10/09/2022
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    #BestofBB Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 10/08/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022