Sonia Imloul, membre du Conseil économique et social et à la tête de Respect 93, association de prévention de la délinquance en Seine-Saint-Denis, nous a permis de rencontrer Frédérique et Nelly, deux mères confrontées à des situations impossibles (lire l’article précédent de ce matin). « Ce n’est pas à la justice de régler les problèmes que rencontrent ces familles avec leurs enfants violents à l’école, clame-t-elle. Il faut à la place une politique familiale et non judiciaire. » Pour frapper haut et fort, elle a adressé en octobre un manifeste au président de la République, dans lequel elle lui demande d’instaurer une « véritable politique de prévention ». Le manifeste a reçu le soutien de députés, Delphine Batho et Julien Dray (PS), Hervé Mariton (UMP) et Jean-Christophe Lagarde (NC), entre autres.

L’employeur de Sonia Imloul est la DIV, la Délégation interministérielle à la ville. Elle y côtoie la secrétaire d’Etat à la politique du même nom, Fadela Amara. Entre elles, le courant ne passe pas. Sonia Imloul réclame des moyens pour mettre en place le dispositif de prévention qu’elle appelle de ses vœux. En 2007, pour attirer l’attention sur ces familles débordées par des enfants instables, elle écrit à Cécilia Sarkozy, à l’époque toujours « première dame ». Celle-ci lui répond, indiquant qu’elle a transmis le dossier au secrétariat d’Etat à la ville. « C’est parce que, depuis ce moment-là, rien n’a été entrepris par le secrétariat que j’ai envoyé mon manifeste à Nicolas Sarkozy. »

Sonia Imloul, qui a publié cette année « Enfants bandits ? La violence des 3-13 ans dans les banlieues » (éd. Panama), dénonce l’existence du « fichier » des « élèves hautement perturbateurs » en circulation au sein de l’éducation nationale. Elle voit dans ce fichage une abdication face à un problème immense, qui exige selon elle une autre réponse que la mise à l’écart des enfants concernés. Sonia Imloul invite la France à s’inspirer des solutions « préventives » appliquées au Canada.

Antoine Menusier et Chaker Nouri

Antoine Menusier

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021