Associations et personnalités ont fustigé aujourd’hui le « reniement du gouvernement », après l’annonce faite par le Premier ministre qu’il n’y aurait pas de récépissé envisagé pour éviter les contrôles d’identité abusifs. Jean-Marc Ayrault a en effet annoncé l’abandon du projet, ayant été «convaincu» par son ministre de l’Intérieur. Ce dernier doit lui faire d’autres propositions contre les contrôles au faciès.

Pour jean Marie Fardeau, Directeur France d’Human Rights Watch : « Le Premier ministre commet une grave erreur en prenant une position sans attendre l’avis du Défenseurs des droits. De plus, il ne respecte pas la promesse de consultation entre police, justice et organisations de la société civile. Enfin, en enterrant le projet de récépissé, il prend le risque de perdre la confiance de tous ceux qui attendent cette réforme, en particulier les jeunes des banlieues défavorisées. »

Lana Hollo, d’Open Society Justice Initiative juge inquiétants: « Les propos du Premier ministre écartant le récépissé de contrôle ». Elle affirme que « le Président et le Premier ministre s’étaient engagés de manière claire à lutter contre le délit de faciès. Toutes les expériences réussies à l’étranger ont nécessité un ensemble de mesures, incluant des récépissés de contrôles. La remise d’un récépissé constitue une première étape, insuffisante mais indispensable, pour mieux cerner l’usage des contrôles d’identité par les forces de l’ordre. Comment peut-on espérer répondre à un problème dont on n’a même pas pris la mesure? »

Maître Ben Achour, avocat au barreau de Paris et Co-animateur de la Commission Egalité Discrimination du Syndicat des Avocats de France  rappelle, l’urgence  « au-delà des sérieux problèmes démocratiques et institutionnels que pose le reniement du Premier ministre  à un engagement de campagne du Candidat Hollande, de mettre en place le récépissé de contrôle ».

Pour monsieur Ben Achour : « Le contrôle de « routine » (lire illégal et le plus souvent discriminatoire) rend la vie quotidienne difficile à une part importante de nos concitoyens et constitue une atteinte inacceptable à leur dignité. Pour eux, l’air sur le territoire de la République est quasiment irrespirable. Ce contrôle, que le Premier ministre envisage de maintenir remet en cause plusieurs Libertés et Droits fondamentaux pourtant indispensables dans un espace démocratique : Liberté de mouvement, Droit de connaître les raisons pour lesquelles on est arrêté (Droit à la sureté), Droit à ne pas être discriminé et Droit à la protection de sa vie privée (le contrôle est souvent suivi de fouilles).  Le 30 ème engagement pris par le candidat Hollande relatif au contrôle au facies, dont le coeur est le récépissé, doit être mis en place … … maintenant ».

Le gouvernement déçoit une grande partie des associations et des collectifs reçus par le candidat Hollande au printemps dernier. Visiblement, les promesses n’engagent que ceux qui y croient…

Articles liés

  • Nouveau code pénal de la justice des mineurs : une réforme en trompe l’oeil

    Le nouveau code pénal de la justice des mineurs confond-t-il vitesse et précipitation ? Entrée en vigueur depuis le 30 septembre dernier, la réforme compte rendre plus efficace la prise en charge des mineurs par la justice sans pour autant s'accompagner une hausse conséquente des moyens pour les services de protection judiciaire de la jeunesse. Décryptage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/10/2021
  • 30 ans de prison pour celui qui a tué Johanna Lazzari

    Depuis le 13 septembre 2021, la cour d'assises de l'Essonne (91) examinait le recours de Jérôme C., sourd, condamné pour le meurtre de Johanna Lazzari, malentendante, en 2016. Issue de la communauté sourde et signante, la famille de la victime a poursuivi un long travail de mémoire pour faire reconnaître Johanna comme une victime des violences conjugales. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/09/2021
  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021