« On y croyait encore. » Siaka Traoré, le grand frère de Bouna, l’un des deux adolescents morts électrocutés dans un transformateur EDF de Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005, est « satisfait » de la décision rendue hier par deux juges d’instruction de Bobigny. Les deux policiers mis en examen dans ce dossier pour non-assistance à personne en danger seront jugés en correctionnel, contre l’avis du parquet qui avait requis un non-lieu. Les familles de Bouna Traoré et Zyed Benna obtiennent ainsi le procès qu’elles réclamaient depuis cinq ans. Il se tiendra probablement en 2011.

Siaka Traoré, présent à la conférence de presse organisée vendredi dans le cabinet parisien de Mes Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman, les avocats des familles, répond sobrement aux questions des journalistes. Ce procès, c’est « une étape, déjà ». Ces années de bataille judiciaire, la « solidarité » rencontrée, « ça m’a forgé », confie-t-il.

A quelques jours de la commémoration du décès de Zyed et Bouna, mercredi prochain à Clichy-sous-Bois, le renvoi en correctionnel de l’affaire « contribuera à plus de calme encore », déclare Me Mignard, qui rend hommage au « grand calme pendant cinq ans des jeunes à Clichy ». Il a une pensée pour Muhittin Altun, brûlé lors de l’électrocution qui a coûté la vie à ses deux amis, atteint, dit-il, d’« une grave détérioration psychologique ».

L’avocat se félicite que, par cette décision de justice, « la loi se réinstalle dans les quartiers ». Il salue les enquêteurs de l’Inspection générale des services, leur « loyauté remarquable ». « Ces policiers sont l’honneur de la police », ajoute-t-il. Ils ont mené un « travail minutieux ». Sur RTL, l’avocat des policiers renvoyés en correctionnel, Me Daniel Merchat, a estimé que ses clients avaient été « sacrifiés (sur) l’autel de l’opinion publique ». « Très honnêtement, depuis le début, je suis convaincu que les éléments constitutifs de l’infraction ne sont pas réunis, je suis convaincu de leur totale et absolue innocence et je suis également convaincu que cette affaire se terminera par une relaxe publique », a-t-il déclaré.

A ces affirmations, Me Mignard oppose les 90 pages du dossier constitué par les deux juges qui ont prononcé le renvoi. « A l’origine de cette affaire, il a été difficile d’abord de faire valoir qu’il y avait eu une course poursuite, alors que les plus hautes autorités de l’Etat estimaient qu’il n’y en avait pas eues, et aussi qu’il n’y a jamais eu d’infraction dans ce dossier », rappelle-t-il. Contre les deux gardiens de la paix mis en cause, une policière stagiaire qui était ce soir-là au standard et un policier qui était sur les lieux, il retient « l’omission de porter secours (aux adolescents) alors que tout concourait à laisser penser qu’ils étaient sur le site » EDF.

Lors de la conférence de presse, Samir Mihi, président de l’association Au-delà des mots, qui s’est battue avec les avocats des familles des victimes pour que l’affaire aille en correctionnel, souligne « le rôle grandi des juges d’instruction », estimant que leur disparition aurait certainement abouti à un classement du dossier par le parquet.

Mercredi, c’est le cœur sans doute un peu moins lourd que les parents, frères, sœurs et amis commémoreront la mémoire de Zyed et Bouna.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Mort en prison de Sofiane Mostefaoui : pour sa famille, une peine inconsolable

    Dernier d'une fratrie de sept enfants, Sofiane Mostefaoui est décédé lors de son incarcération à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas en mars 2013 quelques semaines avant la fin de sa détention. Pour ses frères et sœurs, la version officielle du suicide se heurte aux incohérences du dossier. Huit ans après les faits, entre questions restées sans réponses et peine vive, ils témoignent d'une vie marquée par la disparition de leur frère.

    Par Meline Escrihuela
    Le 21/09/2021
  • Tirs policiers à Stains : « je me suis vu mourir »

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards, non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage.

    Par Céline Beaury
    Le 16/09/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021