C’est le 1er novembre 2005 que Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, avait annoncé « l’accélération de la procédure en cours » pour construire le commissariat commun aux deux villes de Seine-Saint-Denis. Il avait réuni une trentaine d’élus locaux, de policiers et de jeunes du département dans la volonté d’ « établir un dialogue » pour mettre fin aux émeutes. En juillet dernier, à l’occasion d’une visite à Clichy-sous-Bois, Michèle Alliot-Marie a confirmé cette construction. Aujourd’hui, quand  les habitants de Clichy-sous-bois composent le 17, ils tombent sur des policiers du Raincy, la commune dont ils dépendent encore.

Plusieurs cas de figures : la patrouille est à Clichy, elle intervient ; les policiers viennent du Raincy, ils arrivent 10mn après (cela peut être dérangeant en cas d’urgence). Et parfois, « les Clichois se voient répondre qu’il n’y a pas de véhicules disponibles ou pas d’agents à disposition », rapporte Ali Zahi, directeur de cabinet du maire de Clichy (PS). Voilà pourquoi la construction du commissariat revient fréquemment dans les réunions publiques. « Les gens se demandent ce qui a changé depuis les émeutes, constate Ali Zahi, et ils ne voient rien venir ». Le directeur de cabinet ajoute que « le temps de l’administration n’est pas le temps des citoyens ». En menant cette petite enquête, un instant, j’ai cru que j’étais moi-même le commissariat de Clichy-sous-Bois, perdu dans les méandres de l’administration, quelque part entre le ministère de l’intérieur, la DDSP et le commissariat du Raincy…

Ali Zahi évoque les procédures classiques faites d’appels d’offre et de concours d’architectes et résume : « ça suit son cours, mais comme tout est fait en interne, au niveau du ministère de l’intérieur, c’est difficile d’avoir des données précises ». 

 » Un groupe constitué des maires, du préfet de Seine Saint Denis et du ministère de l’Intérieur par l’intermédiaire de la Depafi (Direction d’évaluation de la performance et des affaires financières et immobilières), est en plein travail », confirme Eric Raoult, maire du Raincy (UMP). L’élu croit savoir que des études sont actuellement menées, qu’en 2008, les crédits seront débloqués et qu’en 2009, la construction devrait commencer. « Le découpage actuel date de 1958, ajoute Eric Raoult, il était basé uniquement sur la population. C’est pourquoi, dès 1988, j’ai alerté Charles Pasqua, alors ministre de l’Intérieur ». Pour expliquer le long cheminement de cette création, il évoque les « réticences du ministère de l’Intérieur ». Pour le maire, la principale raison est que ce redécoupage modifierait un système de primes aux policiers. Il raconte qu’il a fallu, en 2006, « l’impulsion du président de la République, Jacques Chirac, très touché par les émeutes en banlieue » pour lancer ce redécoupage dont découle la création du commissariat de Clichy-sous-Bois. Et Nicolas Sarkozy ? « Lui a donné son accord et fait tout ce qu’il fallait ».

Le découpage des circonscriptions de police va en effet être modifié : Clichy-sous-Bois et Montfermeil partageront un commissariat tandis que Le Raincy sera rapproché de Villemomble. « Une unité de lieu » que le lieutenant Folie Desjardins du Raincy pense plus stratégique et efficace : « Le commissariat sera plus près des lieux de la délinquance. Il sera au cœur même du problème ». Certains soulignent également que cette proximité peut être un handicap : porter plainte en bas de son immeuble contre quelqu’un de son immeuble n’est pas facile, entend-on fréquemment. Benoît Hutse, du syndicat policier Alliance, reconnaît l’importance d’un commissariat à Clichy-sous-Bois et Montfermeil mais émet quelques doutes : « Les effectifs policiers n’augmenteront probablement pas et c’est ça le vrai problème. Ce sont des collègues du Raincy et d’ailleurs qui y seront ».

Elisa Mignot (Extramuros)

Elisa Mignot

Articles liés

  • Affaire de Stains : Nordine écope de 2 ans de prison en appel

    Jugé en appel pour refus d'obtempérer, le conducteur touché par 7 tirs de la BAC a été condamné. Nordine écope de 2 ans de prison, il est sorti libre « au vu de son état de santé ». Dans son délibéré rendu le 29 novembre, la Cour d'appel l'enjoint à débourser 1 000 euros à chaque partie civile.

    Par Meline Escrihuela
    Le 30/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022