Mardi 22 avril. Il est 19 heures, une Clio blanche et une grosse moto se percutent. Un fait divers apparemment banal. Si ce n’est que cet accident se déroule à Villiers-le-Bel, à quelques mètres du lieu de la collision entre une voiture de police et une moto, dans laquelle Larhami et Moshin ont trouvé la mort fin novembre 2007, suivie des émeutes que l’on sait. Et l’événement, à nouveau, est dramatique. Le motocycliste se trouvait hier soir entre la vie et la mort.

Selon nos informations, un jeune d’une vingtaine d’années conduisait la Clio. C’est en voulant entrer dans le parking des Burteaux, qu’il aurait été heurté violemment par une moto conduite par un père de famille habitant la cité la Cerisaie. Sitôt après, des jeunes du quartier aurait porté secours au motard, grièvement touché, tandis que d’autres venaient en aide à Johnny, plus légèrement atteint.

Les premiers secours des pompiers sont arrivés, accompagnés d’une importante escorte de forces de police, montrant ostensiblement bombes lacrymogènes et matraques. Devant l’état dramatique du motard, les pompiers ont immédiatement débuté un massage cardiaque.

La centaine de personne réunie autour du lieu de l’accident est calme et silencieuse, mais on ressent une certaine tension, accentuée par le fait que des témoins affirment que les pompiers seraient arrivés sur les lieux de l’accident trente minutes seulement après le premier appel au secours, alors que la caserne se trouve à deux minutes de là. Or, selon toute vraisemblance, les secours sont arrivés très vite.

Les gens sont choqués par ce drame, certains pleurent, se remémorant la mort de Larhami et Moshin. D’autres sont plus mystiques, évoquent la sorcellerie. Pour eux, cette route est maudite, il faut la détruire. En plus des badauds, on distingue dans cet attroupement des élus de la mairie de Villiers-le-Bel, qui tentent de raisonner les jeunes et surtout d’étouffer cette folle et très probablement fausse rumeur sur la prétendue lenteur des secours. Ils ne veulent pas de nouvelles flammes à Villiers-le-Bel. Le commissaire de police intervient rapidement lui aussi sur les lieux de la collision, débutant l’enquête sans tarder, pour montrer aux habitants de la commune qu’il agit.

Les jeunes sont calmes et sages. Le silence est pesant. On n’entend qu’un seul bruit, celui de la machine électrique appliquant le massage cardiaque au motard blessé. Une heure plus tard, les secours et les policiers quittent le quartier.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022