Mardi 22 avril. Il est 19 heures, une Clio blanche et une grosse moto se percutent. Un fait divers apparemment banal. Si ce n’est que cet accident se déroule à Villiers-le-Bel, à quelques mètres du lieu de la collision entre une voiture de police et une moto, dans laquelle Larhami et Moshin ont trouvé la mort fin novembre 2007, suivie des émeutes que l’on sait. Et l’événement, à nouveau, est dramatique. Le motocycliste se trouvait hier soir entre la vie et la mort.

Selon nos informations, un jeune d’une vingtaine d’années conduisait la Clio. C’est en voulant entrer dans le parking des Burteaux, qu’il aurait été heurté violemment par une moto conduite par un père de famille habitant la cité la Cerisaie. Sitôt après, des jeunes du quartier aurait porté secours au motard, grièvement touché, tandis que d’autres venaient en aide à Johnny, plus légèrement atteint.

Les premiers secours des pompiers sont arrivés, accompagnés d’une importante escorte de forces de police, montrant ostensiblement bombes lacrymogènes et matraques. Devant l’état dramatique du motard, les pompiers ont immédiatement débuté un massage cardiaque.

La centaine de personne réunie autour du lieu de l’accident est calme et silencieuse, mais on ressent une certaine tension, accentuée par le fait que des témoins affirment que les pompiers seraient arrivés sur les lieux de l’accident trente minutes seulement après le premier appel au secours, alors que la caserne se trouve à deux minutes de là. Or, selon toute vraisemblance, les secours sont arrivés très vite.

Les gens sont choqués par ce drame, certains pleurent, se remémorant la mort de Larhami et Moshin. D’autres sont plus mystiques, évoquent la sorcellerie. Pour eux, cette route est maudite, il faut la détruire. En plus des badauds, on distingue dans cet attroupement des élus de la mairie de Villiers-le-Bel, qui tentent de raisonner les jeunes et surtout d’étouffer cette folle et très probablement fausse rumeur sur la prétendue lenteur des secours. Ils ne veulent pas de nouvelles flammes à Villiers-le-Bel. Le commissaire de police intervient rapidement lui aussi sur les lieux de la collision, débutant l’enquête sans tarder, pour montrer aux habitants de la commune qu’il agit.

Les jeunes sont calmes et sages. Le silence est pesant. On n’entend qu’un seul bruit, celui de la machine électrique appliquant le massage cardiaque au motard blessé. Une heure plus tard, les secours et les policiers quittent le quartier.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021