« C’est le p’tit dernier de chez Beretta. J’te le conseille pour le combat de près, et puis pour les coups à travers la poche, où le métro, où l’autobus. Mais note, hein, faut en avoir l’usage, sinon au prix actuel on l’amortit pas. Le prix passe, la qualité reste, c’est pas l’arme de tout le monde ça. Tu l’as eu par qui ? Par l’oncle Robert. »

Dans la version originale, c’est l’oncle Antonio, mais il convient de se mettre à jour. Parce qu’en effet, à Béziers, la police municipale a un nouvel ami. Son maire a bien compris le message du 11 janvier, « le savoir est une arme, j’suis calibré, j’lis pas d’bouquins ». Déjà, quand c’est dans la bouche de Booba, on rit jaune, mais sur une affiche municipale, dur d’y croire. On aurait pu s’y attendre, au front, il faut toujours s’armer. La rhétorique belliqueuse de l’extrême droite et des skinheads des années 1980 semblait envolée, avec la vague bleue marine. Mais chassez le naturel il revient au galop. Le cow-boy biterrois, devenu maire en 2014 avec le soutien du FN mais aussi « Debout la République » va rétablir l’ordre comme dans un bon vieux Sergio Leone au sein d’une ville particulièrement touchée par une délinquance accrue. À la Ok Corral. À coup de couvre-feux pour les mineurs de moins de 13 ans dans l’hypercentre ville et à Devève, le quartier dit « sensible » de 23h à 6h, et à coups de feu tout court maintenant qu’il a armé sa milice. On conclura là dessus la métaphore du tonton flingueur « moi je connais qu’une règle. Défourailler le premier ».

Hors de la polémique sur l’armement de la police municipale, on retiendra la méthode, la com’ dirons-nous. C’est franc du collier, il ne minaude pas Bébert. Pas comme Marine, qui nettoie le parti des crânes rasés. Calvitie oblige, l’affiche est claire « Désormais la police municipale a un nouvel ami. Armée 24h/24 et 7 j/7 ». Et dire que ce néofrontiste, devenu plus lepéniste que Le Pen a fondé Reporter sans Frontière en 1985. Quel chemin parcouru depuis ! Du héros à l’Hérault, de la défense de la liberté de la presse à la fin de la liberté de circuler, au sécuritarisme et au calibre 9. Parcours atypique qui a le mérite de prouver une chose. L’extrême droite reste l’extrême droite. Ceux qui gravitent de près où de loin autour du FN finissent forcément par mettre en place de dispositifs fascisants quand on leur en donne les moyens. De plus dans un contexte général où le trouillomètre est au plus haut, une telle provocation de la part d’un représentant de la république est irresponsable.

Voilà le résultat quand sont élus des lascars à la gâchette facile, haïssant la république et ses valeurs. À l’échelle municipale s’organisent des cités miliciennes. Le Front National comme son nom l’indique est composé de gens qui sont en guerre et qui refusent de penser avec ce qu’il y a derrière le front, un petit organe qui parfois fait la fierté de l’homme.

Mathieu Blard

Articles liés

  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022
  • Marche blanche pour Boubacar et Fadigui, tués au pont-neuf par un policier

    Le 4 mai 2022, une marche blanche s'est tenue à Belleville en hommage à Boubacar et Fadigui. Ces deux hommes ont été tués par un policier le 24 avril dernier à Paris. Alors que le policier a été mis en examen pour "homicide volontaire" le syndicat de police Alliance a manifesté ce 2 mai contre cette décision. Malgré cette réaction des forces de l'ordre, cette marche s'est déroulée sous le signe de l'apaisement, dans le silence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 05/05/2022
  • Fermeture de la mosquée de Pessac : audience tendue au Conseil d’État

    La mosquée Al-Farouk de Pessac joue son avenir devant le Conseil d'État. Après une fermeture prononcée par la préfecture de Gironde, pour des liens supposés avec "l'islam radical" sur la base de posts Facebook, la mosquée avait pu rouvrir ses portes après la décision du Tribunal administratif de Bordeaux. Mais c'est finalement la plus haute juridiction administrative qui doit se prononcer après l'appel du Ministère de l'Intérieur. Une première audience a eu lieu mercredi 13 avril, dans un contexte tendu. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 13/04/2022