« C’est le p’tit dernier de chez Beretta. J’te le conseille pour le combat de près, et puis pour les coups à travers la poche, où le métro, où l’autobus. Mais note, hein, faut en avoir l’usage, sinon au prix actuel on l’amortit pas. Le prix passe, la qualité reste, c’est pas l’arme de tout le monde ça. Tu l’as eu par qui ? Par l’oncle Robert. »

Dans la version originale, c’est l’oncle Antonio, mais il convient de se mettre à jour. Parce qu’en effet, à Béziers, la police municipale a un nouvel ami. Son maire a bien compris le message du 11 janvier, « le savoir est une arme, j’suis calibré, j’lis pas d’bouquins ». Déjà, quand c’est dans la bouche de Booba, on rit jaune, mais sur une affiche municipale, dur d’y croire. On aurait pu s’y attendre, au front, il faut toujours s’armer. La rhétorique belliqueuse de l’extrême droite et des skinheads des années 1980 semblait envolée, avec la vague bleue marine. Mais chassez le naturel il revient au galop. Le cow-boy biterrois, devenu maire en 2014 avec le soutien du FN mais aussi « Debout la République » va rétablir l’ordre comme dans un bon vieux Sergio Leone au sein d’une ville particulièrement touchée par une délinquance accrue. À la Ok Corral. À coup de couvre-feux pour les mineurs de moins de 13 ans dans l’hypercentre ville et à Devève, le quartier dit « sensible » de 23h à 6h, et à coups de feu tout court maintenant qu’il a armé sa milice. On conclura là dessus la métaphore du tonton flingueur « moi je connais qu’une règle. Défourailler le premier ».

Hors de la polémique sur l’armement de la police municipale, on retiendra la méthode, la com’ dirons-nous. C’est franc du collier, il ne minaude pas Bébert. Pas comme Marine, qui nettoie le parti des crânes rasés. Calvitie oblige, l’affiche est claire « Désormais la police municipale a un nouvel ami. Armée 24h/24 et 7 j/7 ». Et dire que ce néofrontiste, devenu plus lepéniste que Le Pen a fondé Reporter sans Frontière en 1985. Quel chemin parcouru depuis ! Du héros à l’Hérault, de la défense de la liberté de la presse à la fin de la liberté de circuler, au sécuritarisme et au calibre 9. Parcours atypique qui a le mérite de prouver une chose. L’extrême droite reste l’extrême droite. Ceux qui gravitent de près où de loin autour du FN finissent forcément par mettre en place de dispositifs fascisants quand on leur en donne les moyens. De plus dans un contexte général où le trouillomètre est au plus haut, une telle provocation de la part d’un représentant de la république est irresponsable.

Voilà le résultat quand sont élus des lascars à la gâchette facile, haïssant la république et ses valeurs. À l’échelle municipale s’organisent des cités miliciennes. Le Front National comme son nom l’indique est composé de gens qui sont en guerre et qui refusent de penser avec ce qu’il y a derrière le front, un petit organe qui parfois fait la fierté de l’homme.

Mathieu Blard

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021